#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 221-225 (« Mourir dans le Maitron »)

Episode 221 (11 juin 2020) : Joseph Le Calvez

Les 5 prochaines notices porteront sur une thématique ciblée : Mourir ds le Maitron (et pas pr le Maitron quoique ce serait peut-être un sujet).

On commence par la notice de Joseph Le Calvez, patron-pêcheur, radical puis socialiste (SFIO-PSU) et maire de Trédrez entre 1939 et 1966. https://maitron.fr/spip.php?article136577 Parmi les éléments permettant d’élaborer sa notice, on peut citer le triple hommage militant rendu à ses engagements partisans, locaux, coopératifs et mutualistes par Yves Le Foll, Pierre Jagoret et Marcel Le Guyader dont ns avons déjà parlé ici. La nécrologie militante est ainsi une source précieuse à condition bien sûr de la croiser avec d’autres documents. Idem d’ailleurs pr la commémoration locale ou les dossiers d’odonymie (puisqu’il y a une rue Joseph Le Calvez à Trédrez-Locquémeau).

#1J1NoticeMaitronBZH

A noter que depuis la rédaction de cette notice par nos soins, en avril 2009, de nouvelles possibilités numériques, d’accès aisé à des sources secondaires (état-civil, fiches du registre matricule). Ds l’idéal, pr chaque notice Maitron, il faudrait repasser les choses au peigne fin avec ces outils…

Qques éléments glânés au prisme de ces docs

Ses parents : François Le Calvez (1863-1944, marin « patron-pêcheur ») et Julie Le Maguer (1862-1920, ménagère)

Marié une première fois à Trédrez le 4 septembre 1921 avec Suzanne Le Coz (1903-1929), il se remarie avec la sœur aînée de celle-ci, le 29 novembre 1931 à Lannion, Elisa Le Coz (1895-1981, commerçante)

Sa fiche matricule (saisie informatiquement à son second prénom, Julien) ns indique qu’il est inscrit au quartier maritime de Lannion en décembre 1914.

La mention «  infirmier » est aussi apposée à plusieurs reprises à divers docs au moment de son décès.

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 222 (12 juin 2020) : Charles Queillé

Pr l’épisode 222, on reste ds le 22 forcément à Guingamp. Jacques Brel aimait chanter, « On est deux à vieillir/contre le temps qui cogne/ms, lorsqu’on voit venir/en riant, la charogne/on se retrouve seul. https://www.youtube.com/watch?v=Y97XJzXiDjo  Le Maitron regorge de morts poignantes, où les engagements collectifs précipitent des fins de vies, si courtes… Des morts collectives, sous le signe d’appartenance plus grande, à l’image de celle de Charles Queillé, qui appartient aux footeux du Stade Charles-de-Blois, patronage chrétien, engagés au sein des FTP à dominante communiste (pr le pourquoi cette réalité faite d’épaisseur et de complexite, il faudra suivre notre HDR, en cours…). Une vie fauchée, à Servel, le 18 mai 1944. https://maitron.fr/spip.php?article146917

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 223 (13 juin 2020) : Félix Guilloux

Parfois, la date de décès permet de faire remonter des docs en croisant des champs a priori déconnectés. C’est le cas avec Félix Guilloux, un des pionniers du syndicalisme enseignant en Loire-Inférieure https://maitron.fr/spip.php?article114502

Militant coopérateur décédé lors du naufrage du St Philibert, dont on a déjà parlé ici, Félix Guilloux est aussi un historien de la conquête du marais breton-vendéen et du port de Bourgneuf-en-Retz (sa commune natale)

https://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1924_num_36_2_4277_t1_0402_0000_1

ainsi que d’un précis de l’histoire de Nantes

C’est aussi le créateur et président en 1922 du syndicat d’initiative des Moutiers en Retz.

Militant pédagogue du mouvement Freinet, son nom est aussi accolé à la très belle histoire de l’école du Château d’Aux

https://www.asso-amis-de-freinet.org/sites/default/files/LES%20PIONNIERS%20DU%20MOUVEMENTS%20FREINET%20EN.pdf

et https://felixguilloux.com/historique/

Bref, des éléments qui viendront enrichir la nvelle version de cette notice

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 224 (13 juin 2020) : Pedro Florès Cano

A l’image de cette contribution  https://books.openedition.org/pur/44839?lang=fr, la mise en perspective des mémoires socialistes et communistes de la Résistance reste un objet d’histoire passionnant.

Le parcours de vie des fusillés de la Maltière, parmi lesquels Pédro Florès Cano, mineur, FTP-MOI, est rappelé à chaque commémoration à St Jacques de la Lande comme à la caserne du Colombier.

Une superbe notice, qui met en images les espaces de la mémoire, à lire ici https://maitron.fr/spip.php?article166980

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 225 (15 juin 2020) : Abel Kergrain

En janvier 1938, les obsèques civiles de Abel Kergrain peuvent être analysées comme une véritable manifestation politique, mobilisant les réseaux laïques et socialistes, si l’on suit le n°872 du Rappel du Morbihan.

Revisitons donc et réécrivons cette notice qui figure sous cette forme ds le dictionnaire papier paru il y a bien longtemps

 

https://maitron.fr/spip.php?article97289

Soulignons tout l’intérêt de nouveaux documents, comme les ressources dénichées par des généalogistes, comme ici

https://gw.geneanet.org/kermenoz44?n=kergrain&oc=&p=abel

ce qui permet de mettre un visage sur cette figure de la vie politique locale

il y a aussi les archives internes du PS du Morbihan, très riches sur les années 1920 et 1930, sans parler des archives municipales, toujours précieuses

https://www.ouest-france.fr/bretagne/auray-56400/1929-abel-kergrain-un-adjoint-engage-776442

Ceci étant dit, voici la nouvelle version de la notice, en tweets

#1J1NoticeMaitronBZH

KERGRAIN Abel

 

Né le 13 septembre 1886 à Auray (Morbihan) ; mort le 3 janvier 1938 à Auray (Morbihan) ; commerçant ; adjoint SFIO à Auray (1929-1930, 1932-1938) ; vice-président de la FOL dans le Morbihan ; président du Patronage Laïque d’Auray dans les années 1930 ; militant laïque, radical puis SFIO.

 

La famille d’Abel Kergrain compta parmi ses membres un proscrit du 2 Décembre et plusieurs militants en vue, qui, dans les moments difficiles de l’Empire, du 16 mai 1877, des affaires Boulanger et Dreyfus luttèrent toujours pour le triomphe des idées républicaines et laïques.

Militaire de formation son père Jean Kergrain (1835-1902) s’était marié en 1875 avec Rosalie Jégo (commerçante), le couple tenant un magasin de cuir.

Neveu de l’ancien maire radical en 1900, date du premier basculement républicain aux municipales à Auray, Abel Kergrain entra lui aussi au Parti radical-socialiste en 1904 et milita ardemment pendant la période troublée de la séparation des Églises et de l’État.

Adhérent à la SFIO en 1911, il fonda la section socialiste d’Auray (dont il était le secrétaire entre 1911 et 1914, puis à nouveau de 1919 à 1921) avec le concours du secrétaire fédéral Bonnaud et des militants lorientais. Secrétaire de la section d’Auray (1911-1914), Abel Kergrain fut délégué de la fédération du Morbihan au congrès national de la SFIO à Brest en 1913.

Mobilisé en 1914, sa fiche matricule, qui fait état de problèmes de santé (rein), montre également une exposition relative aux combats à partir de l’automne 1916, jusqu’à son renvoi au foyer en 1917.

Découragé par les fissures militantes creusant un fossé aboutissant à la scission entre socialistes et communistes (1917-1921), il reprit une activité militante à la SFIO, refondant la section d’Auray dont il était le secrétaire entre 1919 et 1921. Le 12 décembre 1920, le congrès fédéral statuant sur l’adhésion à la IIIe Internationale, se tenait à Auray. Tout en étant favorable à l’adhésion, Abel Kergrain y exprima une position modérée appelant au maintien de l’unité de la famille. Il indiquait par exemple, « si une guerre sociale est nécessaire pour atteindre la Révolution, il faut faire couler le moins de sang possible ». Ce congrès aboutit à une répartition des mandats comme suit : motion Frossard 45, motion Longuet 18, motion Blum 11.

Candidat au conseil municipal sur une liste socialiste en 1919, puis sur une liste du Cartel des gauches en 1925, il fut élu en 1929 sur la liste du Bloc des gauches. Il arrivait en tête avec un colistier et fut nommé premier adjoint au maire, poste qu’il dut abandonner en juillet 1930 devant l’opposition de certains radicaux du conseil municipal. Dans le contexte troublé de la vie municipale locale au début des années 1930, Abel Kergrain retrouva un poste d’adjoint en décembre 1932.

Commerçant (magasin de cuir), il était aussi président du Patronage laïque d’Auray (PLA) dans les années 1930, fondant notamment une section gymnastique féminine. Vice-président de la FOL dans le Morbihan, administrateur de la mutualité scolaire, cette figure socialiste laïque fut candidat socialiste SFIO aux élections sénatoriales de 1932. La liste, composée de Emmanuel Svob (conseiller général de Lorient 2 depuis 1928), Pierre Rogel (maire de Lanester depuis 1919 et conseiller d’arrondissement depuis 1930) et André Merlet (conseiller municipal de Vannes), obtint entre 35 et 42 voix au 1er tour, soit 4 % des suffrages exprimés. Cheville ouvrière de l’organisation locale, avec François Le Cloérec (instituteur, coopérateur, adjoint), du congrès fédéral de la SFIO à Auray en 1934, il était toujours secrétaire de la section d’Auray (forte de 24 adhérents en 1934). Ayant participé à la campagne de Pierre Le Goff en 1928, Abel Kergrain se présenta aux cantonales à Auray en octobre 1934. Ses obsèques civiles, en janvier 1938, rassemblèrent plus de 1500 personnes. Marié le 6 décembre 1911 avec Agnès Jouade (1890-1972), fille de douanier, il eut 3 enfants.

Un gymnase et une rue à Auray portent le nom d’Abel Kergrain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.