#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 266-270 (« Les naissances du parti rouge : un siècle de communisme breton »)

Episode 266 (26 juillet 2020) : Jean CREMET

Du Vert au Rouge, retour sur les naissances d’un parti rouge, centenaire, pr reprendre le titre d’un volume récent dirigé par Jean Vigreux, Serge Wolikow et Roger Martelli.

Pr débuter, épisode 266, focus sur un personnage très connu ds l’histoire nationale du premier communisme, celui de Jean Cremet (1892-1973), sg adjoint du PCF (1924-1926) et commis voyageur du Komintern  https://maitron.fr/spip.php?article21063 . Avec un parcours local, pour celui est surnommé L’Hermine Rouge, en Loire-Inférieure et à La Montagne (qui en 2019 a donné son nom à la rue du cimetière) : ouvrier chaudronnier ; délégué pr La Montagne à la Bourse du Travail de Nantes ; militant SFIO délégué au congrès de Strasbourg en février 1920 (prélude au schisme socialistes/communistes du congrès de Tours en décembre 1920, qui en Loire-Inférieure donne cette répartition des mandats entre les différentes motions, 20-4-13 ; secrétaire fédéral adjoint (1920-1922) puis secrétaire fédéral (1922-1923) après sa révocation de l’Etablissement d’Indret.

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 267 (27 juillet 2020) : Jacques-Louis LALOUET

Si l’on présente souvent Douarnenez comme la 1ère mairie communiste bretonne voire française, suite à la partielle de 1921, comme ici  http://bcd.bzh/becedia/fr/douarnenez-1921-premiere-municipalite-communiste-de-france, il faut rappeler l’existence de maires élus sous l’étiquette SFIO avant 1914 ou en 1919, et qui adhèrent à la SFIC après le congrès de Tours en décembre 1920… C’est le cas de Jacques-Louis Lalouët qui, techniquement, est donc le 1er maire communiste en Bretagne, au Huelgoat (1919-1925).

https://maitron.fr/spip.php?article115530

 

Avocat et bâtonnier du barreau de Brest, Jacques-Louis Lalouët (1891-1953), militant SFIO avant 1914, est blessé à plusieurs reprises durant la 1ère GM. Militant socialiste, il se prononça pour l’adhésion à la IIIe internationale. Trésorier de la nouvelle fédération communiste, il figure sur la liste communiste aux sénatoriales du 9 janvier 1921. Exclu du PCF en 1922 pour avoir reçu Clemenceau en mairie, il retourne à la SFIO en 1923. Engagé militaire à 50 ans en 1940, il est fait prisonnier en Hollande.

En mai 1925, c’est Corentin Le Floch, receveur-buraliste puis agent général d’assurances, qui lui succède sous l’étiquette SFIO, ms il est exclu en juillet 1925 et rejoint le PCF (candidat aux législatives en 1928, avant de s’éloigner à son tour du milieu partisan communiste, signe de la distanciation élu local/parti central durant cette période de mutations partisanes).

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 268 (28 juillet 2020) : Jean MAURICE

La figure de Jean Maurice, décédé en 2019, a plusieurs fois été évoquée : maire PCF de Lanester (1953-1996), conseiller général (1967-1998). On connaît moins celle de son père, menuisier, ancien CM SFIO qui tisse les premiers réseaux militants du communisme ds le Morbihan https://maitron.fr/spip.php?article121228

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 269 (29 juillet 2020) : BOIVENT (+Albert MOUROCQ+Henri GUERIN+Charles CARNET)

La fédération des Côtes-du-Nord n’envoie pas de délégués au congrès de Tours, et ds la foulée, la mise en route du communisme départemental s’avère complexe et poussive (pr diverses raisons, cf. les travaux d’Alain Prigent).

Il est possible, en revanche, de dater la première réunion publique communiste, qui se tient à Guingamp, à l’initiative du cafetier Boivent le 22 juillet 1921 (80 personnes venant écouter Raoul Verfeuil).

Secrétaire fédéral, Albert Mourocq incarne bien la prépondérance des filières CGTU et du milieu des cheminots ds le nouveau milieu communiste en formation. Un parcours à découvrir   https://maitron.fr/spip.php?article6955 et https://arbrezel.hypotheses.org/2588

avec au passage une photo exceptionnelle d’un meeting sur une plage briochine (celle du Valais à Cesson) le 19 juillet 1925, où prennent la parole Albert Mourocq, Charles Tillon, Henri Guérin https://maitron.fr/spip.php?article4628  et Joséphine Pencalet (source Alain Prigent, Histoire des communistes des Côtes-du-Nord 1920-1945, Saint-Brieuc, 2000, p. 64, photo confiée par Mme Rémond, fille du cheminot briochin Charles Carnet PCF, CGTU, SRI  https://maitron.fr/spip.php?article1829 .

 

Qques infos complémentaires sur Albert Mourocq, glânées ds mes dépouillements de thèse :

-sa femme figure parmi les responsables du groupe féministe PCF-CGTU en 1922 avec S. Rabardel

-il a une fille, Jeannie Mourocq, née le 17 mars 1917 à Boquého, scolarisée à l’école publique de Nozay en 1929 puis employée auxiliaire des Postes à la Jonelière à Nantes en 1939 lors de son mariage avec Georges Favreau, employé de la préfecture 

-sa famille est enracinée près de Granville, son gd-père étant boulanger et son oncle cheminot, comme son père) se marie le 11 décembre 1939

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 270 (30 juillet 2020) : Alexia POQUET

Les grèves rouges de Douarnenez sont restées célèbres, avec des emblèmes comme Charles Tillon ou Joséphine Pencalet, souvent mis en avant ds les travaux historiques. Ms il faudrait creuser plus finement les trajectoires qui fabriquent ce mouvement social très féminin. Lançons (virtuellement hein) ici une boîte de sardines à la mer (en Bretagne, les bouteilles sont sacrées…), pr en savoir plus sur Alexia Poquet (plus sûrement Pocquet en réalité et peut-être née Quiniou et âgée de 19 ans en 1913 ?), une des « femmes de la saumure » et leaders de la grève. Un visage, ms pas de notice, c’est quand même un comble !

Comité de grève de 1924 – Coll. Alain Le Doaré. Premier rang de gauche à droite : Etienne Jequel, Anna Julien, Le Cossec, maire durant la destitution de Daniel, Daniel Le Flanchec, Alexia Poquet, Charré (des jeunesses communistes). Deuxième rang : Charles Tillon, Simonin, Lucie Colliard, Boville, Mme Le Flanchec, Faure-Brac. Troisième rang : Bordennec, Renoult (de L’Humanité), Garchery, Mme Morvan, Gauthier, Jean Join, Mme Julien.

http://bcd.bzh/becedia/fr/douarnenez-1924-1925-les-grandes-greves-de-la-conserve

 

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 261-265 (« Ecologie politique »)

Episode 261 (21 juillet 2020) : Jacques GAUTIER

« Les années 68 », une notion forgée par Michelle Zancarini-Fournel, marquent une recomposition du système partisan avec notamment, à gauche, l’émergence de nouvelles pratiques militantes et cultures politiques. C’est le cas de l’écologie politique, largement positionnée dans l’idée d’une rupture avec le capitalisme (par ex vision critique portée par Cornélius Castoriadis), comme évoquée ds cet excellent manuel de synthèse de Fabien Conord sur les gauches européennes. Partons à la recherche de ces sources de l’engagement « vert », un champ historiographique labouré en Bretagne par les travaux de Tudi Kernalegenn et Martin Siloret https://books.openedition.org/pur/44831 par ex, avec des trajectoires militantes qui trouvent leur place ds le Maitron. En effet, si le DBMOF, pensé par Jean Maitron et ses équipes se focalisait sur le mouvement ouvrier et ses organisations militantes, il a évolué à partir de la 4e série pr devenir le DBMOMS (Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier et du Mouvement Social), incorporant les nouvelles cultures politiques irriguant les luttes sociales au sens large (féminisme, écologie politique, militances culturelles…).  Une tendance qui ne peut que s’accentuer pr la 6e série sur la séquence (1968-1981).

Un long préambule, pr introduire les épisodes 261-265 du #1J1NoticeMaitronBZH

sur les sources de l’écologie politique en Bretagne (vues depuis le Maitron, car bien des bios attendent leurs auteurs !). Pr débuter, comme toujours, tout commence en Trégor…

Pharmacien, Jacques Gautier (1914-2004), militant du Mouvement républicain populaire (MRP) puis de l’Action travailliste (AT) en 1956, est conseiller municipal (1953-1977) puis adjoint (1977-1983) de Lannion. https://maitron.fr/spip.php?article50487 Militant associatif et humaniste, figure de la Ligue des droits de l’homme (LDH) et du noyau local de Témoignage chrétien, il évolue vers la gauche dans les années 1960. Lors des cantonales de 1964 (10.3 % au 1er tour), il se désiste en faveur de Pierre Jagoret, élu conseiller général. Mais ses demandes d’adhésion à la SFIO et au PSU sont refusées en raison de la prédominance des réflexes anticléricaux dans ces filières socialistes. Resté proche de Pierre Marzin, il rejoint le PS via le mvt Objectif 72 de Robert Buron et contribue au basculement de Lannion à gauche en 1977 à une voix de majorité. Adjoint aux affaires sociales, il s’éloigne du PS dans les années 1980 et rejoint les Verts en 1995.

#1J1NoticeMaitronBZH

  

Episode 262 (22 juillet 2020) : Gaby COHN-BENDIT

A côté du parcours de Dany Cohn-Bendit https://maitron.fr/spip.php?article20282 , qui n’est pas pr rien ds l’enracinement vu vote « Vert » en Bretagne (cf. les travaux sur l’implantation électorale des Verts menés par Tudi Kernalegenn, Martin Siloret ou Alexis Vrignon), il y a celui, à St Nazaire, de son frère Gaby Cohn-Bendit. Une notice de Sylvain Boulouque sur le fondateur du lycée expérimental de Saint-Nazaire, à lire ici https://maitron.fr/spip.php?article20283

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 263 (23 juillet 2020) : Pierre JARNO

 

Pierre Jarno (1913-2003) https://maitron.fr/spip.php?article88937 est incorporé en octobre 1934 au 137e RI de Quimper. Capitaine d’administration au service santé, prisonnier en juin 1940, ce sous-officier s’évade à 5 reprises. Résistant, il est déporté au camp de concentration de Rawa-Ruska, dont il s’enfuit le 5 juillet 1943, avant d’aller combattre sur la zone d’Auray-Erdeven.

Militaire, Pierre Jarno s’investit politiquement à Camors dans les années 60. Les socialistes, derrière le sabotier Noël Le Goff (résistant Libération-Nord) en conflit avec le PCF perdent la mairie dès 1945. Considéré comme proche du PCF, Pierre Jarno gagna la mairie de Camors en mars 1971, succédant à Mathurin Le Mer*, militant laïque encarté à la SFIO, maire entre 1956 et 1971.

Président fondateur de l’URBE (Union Régionale Bretonne de Environnement), il adhère au PS au début des années 70, mettant en avant sa fibre écologiste. Très actif au sein de la FDSER, dont il est le vice-président, il reste maire de Camors jusqu’en 1989.

Son premier adjoint Maurice Bernadou (gendarme, résistant, 1920-2007) ne parvient pas à conserver la mairie en 1989, reprise en 2001 par le PS avec Bernadette Desjardins.

Très enraciné ds sa commune de Camors, Pierre Jarno est président d’honneur en 1977 du club de foot de l’AL de Camors (refondée en 1957 après deux premières naissances en 1936 et 1946 à l’initiative de Noël Le Goff et surtout de René Dervout). Le 5 août 1998, c’est à son initiative que l’inauguration du terrain municipal se déroule avec un match entre le Stade Rennais et l’US Montagnarde.

 

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 264 (24 juillet 2020) : Jacques GALAUP

« Par sa plume, son action d’élu municipal, sa participation aux comités de soutien et de grèves, la vente de son journal sur le marché ou aux portes des usines, Jacques Galaup a marqué la gauche militante briochine pendant un demi-siècle ».

Ainsi s’achève la notice Maitron https://maitron.fr/spip.php?article23600 rédigée par Christian Bougeard sur Jacques Galaup (1927-2011), normalien/agrégé d’anglais, militant JEC, SNES puis SGEN, engagé en politique ds diverses structures NG-USG-PSU-Verts (adhésion en 1998) et CM (1959-1965, 1983-1989), adjoint (1965-1977) chargé des affaires culturelles (culture, beaux-arts, sport) de Saint-Brieuc entre 1959 et 1989.

Surtout, le parcours militant de Jacques Galaup permet de saisir la singularité de la configuration briochine sur la séquence années 1950-1970, ds un contexte de profondes mutations politiques nationales : des échelles, des réseaux…

Une notice à lire, ds laquelle sont évoqués, pêle-mêle le Plan Alter Breton, les élections de 1977, le slogan « Vivre et travailler au pays », Plogoff, la Guerre d’Algérie ou encore Roger Huon et Gilles Martinet.

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 265 (25 juillet 2020) : Paul TREGUER

Le PSU constitue une matrice ds la fabrique des réseaux militants de l’écologie politique (pr une approche régionale, on pourra lire avec profit les nombreux travaux sur la question, à commencer par ici https://books.openedition.org/pur/127470?lang=fr ). Laboratoire d’idées autant que passerelle/passoire militante, le PSU s’avère une configuration partisane très centrée sur des positions militantes en rupture (premier PSU des années 1950-60), des pratiques militantes contestataires (second PSU des années 1968) ms aussi des travaux militants accompagnés de travaux intellectuels (y compris ds le dernier PSU 1975-1990).

C’est le cas avec l’océanographe, Paul Tréguer, secrétaire fédéral du PSU du Finistère, qui se présente aux élections législatives sous l’étiquette du front autogestionnaire. Une trajectoire qui aura toute sa place ds la 6e série du Maitron. Pour saisir l’articulation entre ses engagements et ses travaux universitaires, on peut se saisir de cette page https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Tr%C3%A9guer .

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 256-260 (« Une fonction élective oubliée : conseillers d’arrondissement »)

Episode 256 (16 juillet 2020) : Thomas PARC

Fonction élective oubliée, le conseiller d’arrondissement dévoile un profil d’implantation politique, extrêmement fin, infra-cantonal. Focus sur les années 1930, marqueur temporel de l’émergence politique des forces se réclamant du mouvement ouvrier (socialiste et communiste).

Cultivateur puis cafetier, Thomas Parc (1869-1947), cultivateur puis cafetier, est maire SFIO de Ploujean (1929-1945) et conseiller d’arrondissement SFIO de Morlaix (1934-1940). https://maitron.fr/spip.php?article124852 Thomas Parc est le créateur du Théâtre populaire breton, aidé par Émile Cloarec, député de Morlaix. Il avait formé sa troupe avec des paysans de Ploujean, faisant interpréter, entre autres : Les 4 fils Aymon, Le Miracle de Sainte-Tréphémé. Il s’occupait de la mise en scène, de la formation des acteurs improvisés et de l’organisation des spectacles dans la région.  Sur cette thématique, on peut relire avec profit les travaux superbes de Patrick Gourlay. http://bcd.bzh/becedia/fr/la-representation-de-ploujean-en-1898-relance-le-theatre-populaire-breton

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 257 (17 juillet 2020) : Louis MANGARD

Direction Perros-Guirec aujourd’hui, qui on ne le sait pas toujours a eu, avant la droitisation de l’espace politique local en lien avec les mutations engagées par le tourisme balnéaire, un conseiller d’arrondissement SFIO en 1938 et un maire SFIO en 1945.

https://maitron.fr/spip.php?article50111

Né en 1901, Louis Mangard, employé du trésor, devient conseiller d’arrondissement SFIO du canton de Perros-Guirec en 1938. Secrétaire fédéral adjoint (1944-1945), il doit se résoudre le 4 juin 1944 à détruire l’essentiel des archives fédérales des Côtes-du-Nord par crainte d’une perquisition. Plusieurs lettres, conservées à l’OURS, témoignent de son rôle ds la reconstruction du socialisme départemental en 1944-1945.

Militant socialiste de Gironde à partir de septembre 1945 (candidat aux municipales à Bordeaux en 1953), ce dirigeant fédéral (1949-1954) milite au PSU en Gironde et dans les Côtes-du-Nord dans les années 1960.

 

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 258 (18 juillet 2020) : Maurice DANIEL

Ds la famille de Maurice Daniel, résistant et socialiste fusillé en 1942  https://maitron.fr/spip.php?article21400 , il a d’abord Emile Eudes https://maitron.fr/spip.php?article58730 et Adrien Farjat https://maitron.fr/spip.php?article86729 , figurent ds les premières séries du Maitron ds les corpus blanquistes/communards/guesdistes.

Ingénieur de la ville de Nantes, Maurice Daniel remplace Alexandre Fourny (élu conseiller général de Nantes 4 en novembre 1937) en tant que conseiller d’arrondissement SFIO. Archiviste fédéral en 1938, il est fusillé par les Nazis au Mont-Valérien le 27 novembre 1942. Sa femme, Gabrielle Farjat est employée de bureau à la mairie de Nantes en 1942.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/lhommage-maurice-daniel-fusille-il-y-70-ans-977015

https://nantes.maville.com/actu/actudet_–Maurice-Daniel-mon-premier-chef-dans-la-Resistance-_-523231_actu.Htm

 

Son fils, Jean Daniel (1922), dessinateur aux chantiers navals puis à la mairie de Nantes, est trésorier départemental des clubs Léo Lagrange (organisateur notamment d’un rallye auto annuel), responsable SFIO-PS (courant Mauroy) et syndicaliste FO. Sa femme Jeanne Daniel est CM puis adjointe à St Sébastien-sur-Loire (en charge du jumelage avec Glinde, en Allemagne), tout comme son beau-frère Pierre Roulleau, tandis que son fils est CM de Nantes en 1995

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 259 (19 juillet 2020) : Pierre ROGEL

Ouvrier à l’Arsenal, Pierre Rogel (1883-1966) est conseiller municipal SFIO (1909-1919) puis maire SFIO (1919-1941 et 1944-1945) de Lanester et conseiller d’arrondissement SFIO (1929-1940) de Pont-Scorff. Une nouvelle mouture de la notice de ce militant du mouvement ouvrier, socialiste et laïque de la région lorientaise, à retrouver bientôt ici.  https://maitron.fr/?article129368

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 260 (20 juillet 2020) : François CHARLES

Menacé de fermeture, le petit collège rural François-Charles de Plougasnou près de Morlaix, en sursis, suscite des mobilisations fortes des élèves, parents et élus locaux. Ms au fait, qui était François Charles https://maitron.fr/spip.php?article19470 ?

Une nouvelle version de la notice, en qques tweets.

 

Né le 11 décembre 1884 et mort le 29 février 1972 à Plougasnou (Finistère) ; cultivateur ; conseiller municipal (1925-1929) puis 1er adjoint (1929-1935) puis conseiller municipal (1935-1941) puis maire socialiste (1944-1971) de Plougasnou ; conseiller d’arrondissement SFIO (1937) ; militant SFIO puis PSU puis PS.

 

Fils de petits paysans, ce cultivateur adhéra à la SFIO dans les années 20. Conseiller municipal dès 1925, il devint premier adjoint du maire laïque de Plougasnou, près de Morlaix.

En 1937, il fut élu à 53 ans conseiller d’arrondissement à Lanmeur, prenant la suite du militant SFIO Guillaume Quérou*. Signe d’une progression forte du socialisme dans le Finistère, notamment grâce à l’investissement militant dans les filières laïques, cette élection permettait de renforcer le groupe de conseillers d’arrondissement socialistes, composé de Michel Hervé*, depuis 1925 à Brest 2, Pierre Cévaër*, depuis 1931 à Brest 3, Charles Le Bastard*, depuis 1932 à Pont-Labbé et Pierre Postollec* depuis 1937, à Carhaix.

Résistant dans le mouvement Libération-Nord dirigé par Tanguy Prigent*, François Charles devint maire SFIO de Plougasnou en 1944. Il fut facilement réélu en 1947, 1953 et 1959, dans le bastion socialiste du Trégor morlaisien. Au début des années 60, il suivit Tanguy Prigent dans la scission au PSU, en compagnie des autres maires socialistes du secteur (Armand Berthou*, Albert Larher*, Yves Moal*).

En 1971, il se retira de la vie politique locale, assurant une continuité socialiste avec Hervé Picart (professeur, maire entre 1983 et 2001). La rue de la mairie de Plougasnou porte désormais le nom de François Charles, tout comme le collège public.

#1J1NoticeMaitronBZH

En prime deux dessins/caricatures Eugène Reeb sur Tanguy Prigent qui chapeautait ces réseaux socialistes du petit Trégor (Morlaisien) ds lesquels était inséré François Charles

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 251-255 (« Celles du Maitron, n°5 »)

Episode 251 (11 juillet 2020) : Yvonne LAHELLEC

Après quelques semaines de pause, le #1J1NoticeMaitronBZH reprend ses droits. Et on reprend avec une 5e série de l’épisode « Celles du Maitron ». Pour mémoire, les 250 premiers épisodes peuvent être retrouvés ici  https://maitron.fr/spip.php?article229948 .

Décédée le 7 août 2018, Yvonne Lahellec, mbre du comité de la fédération du PCF des Côtes-du-Nord entre 1966 et 1971, est enracinée à Plufur, à Kerdaret.

https://www.gerardlahellec.com/ma/articles/actualites/hommage-a-notre-maman-2.php

Elle tient la ferme familiale avec son mari, Jean Lahellec (1923-2014), ouvrier agricole, CM puis adjoint PCF (1947-1995). CR depuis 1994 et vice-président du Conseil Régional de Bretagne depuis 2004, son fils, Gérard Lahellec, secrétaire départemental du PCF entre 1989 et 2013, est devenu sénateur communiste des Côtes d’Armor en septembre 2020. Sa fille Odile Lahellec agent de maîtrise, se révèle aussi une militante active de la CGT. L’engagement, une histoire de famille, aussi.

https://maitron.fr/spip.php?article137624

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 252 (12 juillet 2020) : Anne BEAUMANOIR dite « Annette ROGER »

Du Guildo au réseau Jeanson pendant la Guerre d’Algérie, la vie d’Anne Beaumanoir « Annette Roger » dévoile la complexité des engagements communistes au temps des guerres coloniales d’indépendance. https://maitron.fr/spip.php?article150461 . Retour sur la vie de cette neuro-physiologue, qui conduisait les dirigeants du FLN et prit la suite de Frantz Fanon à l’hôpital de Tunis. Presque un siècle d’histoire https://www.youtube.com/watch?v=BrerWWg60TU , maintes fois racontées à de jeunes collégien-ne-s…

https://www.ouest-france.fr/bretagne/matignon-22550/anne-beaumanoir-une-lecon-d-histoire-vivante-6203538

https://www.ouest-france.fr/culture/histoire/de-la-resistance-au-fln-la-vie-d-annette-beaumanoir-est-une-epopee-6874898

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 253 (12 juillet 2020) : Herveline MOIGNE

Institutrice, syndicaliste unitaire et communiste, Herveline Moigne (1892-1965) https://maitron.fr/spip.php?article122551

, fille d’un ébéniste à l’Arsenal,  était aussi une pionnière en féminisme dans le Finistère, secrétaire du groupe féministe (1922-1923), peu après sa création en février 1921 autour de Josette Cornec (dont ns avons déjà parlé).

Son frère Charles Moigne https://maitron.fr/spip.php?article122550 est cité ds le mémoire de maîtrise de Marc Lazar sur l’ARAC (j’ignorais cela de mon rapporteur de thèse et dir du centre d’histoire de Sciences Po Paris) https://maitron.fr/spip.php?article122550

A Recouvrance, quartier populaire de Brest, Herveline Moigne enseignait avec Léonie Cadec (femme de Charles Drapier, figure militante brestoise https://maitron.fr/spip.php?article110676 , à la FOL, au SNI et au Patronage Laïque de Recouvrance-PLR http://war.hentchou.irvilhag.over-blog.com/article-charles-drapier-une-vie-bien-remplie-120722527.html ).

Au début des années 1930, Herveline Moigne était par ailleurs la responsable et l’animatrice de la société de gymnastique, l’Hirondelle de Brest, incontournable ds les réseaux laïques locaux.

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 254 (14 juillet 2020) : Eliane RONEL

Restons dans le Finistère pour cet épisode 254 du #1J1NoticeMaitronBZH consacré à Eliane Rönel (1921-2002), militante du POI et du Centre laïque du mouvement des auberges de jeunesse (CLAJ), qui se trouve au cœur des réseaux de relations trotskystes locaux et régionaux. Une belle notice de Jean-Yves Guengant https://maitron.fr/spip.php?article220752 sur cette déportée de Ravensbrück, mariée à Henri Berthomé (déjà évoqué ici https://twitter.com/frprigent/status/1227874414907265029 ).

Issue d’une famille de militants socialistes, Eliane Rönel avait pr beau-frère Jean-François Hamon, figure de la FEN et du PCF, régulièrement candidat aux élections à Quimper https://maitron.fr/spip.php?article88399

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 255 (15 juillet 2020) : Geneviève GARROS

Née en 1930, Geneviève Garros, secrétaire, puis enseignante et directrice de FJT, issue des réseaux JEC et CFTC, est secrétaire départementale du SGEN (1962-1965), responsable CFDT. Adhérente CIR et LDH, elle est secrétaire de la section PS de Quimper (1978-1981), première secrétaire fédérale (1981-1986). Conseillère municipale (1983-1989), adjointe (1989-2001), elle est conseillère régionale entre 1992 et 1998. Et puis, la vie militante de Geneviève Garros https://maitron.fr/spip.php?article24374 , c’est aussi et surtout des convictions et des engagements de tous les instants, ds le domaine associatif et ds le sens du collectif…

https://www.quimper.bzh/actualite/7694/3-genevieve-garros-le-gout-de-l-engagement.htm

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 241-245 (« Les zones blanches du Maitron »)

Episode 241 (1er  juillet 2020) : René BELLON et Maurice DUCLOS

La répartition spatiale des notices du Maitron Bretagne dessine une certaine géographie des réseaux militants à l’échelle régionale, avec, en creux, des zones blanches significatives de l’isolement et de la faiblesse politiques face au bloc conservateur, agricole et catholique. Parfois aussi, ces trous ds la couverture historiographique trahissent le manque de correspondants du dictionnaire ou les limites humaines de l’exercice de maitronisation des mondes militants…

Commerçons par le Nord-Est du Morbihan, avec le secteur de Mauron tramé par de nbreux réseaux militants notamment ds le sillage de la Résistance. A proximité de la diagonale rouge du bloc central de la Bretagne, cette région se dote d’élus SFIO et PCF, parmi lesquels René Bellon, syndicaliste CGA, qui siège au Palais du Luxembourg entre 1946 et 1948 dans le groupe communiste https://maitron.fr/spip.php?article16170

; ou Maurice Duclos, garagiste, résistant FTP, maire SFIO de Mauron et candidat aux législatives https://maitron.fr/spip.php?article23165

Au-delà des sources, les centres partisans situés à Lorient portant un regard un peu distancié ou accordant une plus forte autonomie aux réseaux locaux, cet îlot rouge en terre blanche mériterait d’être retravaillé pour le Maitron

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 242 (2 juillet 2020) : Noël ELIOT

 

On continue avec Vitré où Noël Eliot https://maitron.fr/spip.php?article3596 débute sa carrière militante à FO. Un parcours dense, avec au centre de ses engagements la Fédération Léo Lagrange, de l’ancien secrétaire de l’UD FO d’Ille-et-Vilaine (1953-1977) et élu ds la municipalité Edmond Hervé (1977-2001).

#1J1NoticeMaitronBZH

 

 

 

Episode 243 (3 juillet 2020) : Jean MORVAN

Relire la notice du syndicaliste Jean Morvan https://maitron.fr/spip.php?article228801, comme celles de la quarantaine de militants (seulement) ayant leur bio ds le Maitron et ayant travaillé ds la poudrerie de Pont-de-Buis http://enenvor.fr/eeo_actu/livres/la_poudrerie_de_pont_de_buis_pendant_la_grande_guerre.html, offre l’occasion de réfléchir à la géographie hiérarchisée des mondes ouvriers bretons. Région majoritairement rurale, la Bretagne se caractérise par l’éclatement des mondes ouvriers, minoritaires, un phénomène accentué par la diversité des petites industries héritées du 19e siècle. Pourtant, il existe des zones de fortes concentrations ouvrières, dans les grandes villes à dominante industrielle (avec une surreprésentation des villes portuaires et de la vallée industrielle de la Basse-Loire), qui polarisent la mobilisation sociale durant tout le 20e siècle. Ainsi, les ouvriers bretons liés aux industries d’Etat sont très nombreux dans les Arsenaux à Lorient et Brest (voire Rennes) tandis qu’il existe des isolats ouvriers en milieu rural comme dans les poudreries de Pont-de-Buis dans le Finistère. Parmi les autres zones ouvrières, il faut citer les milieux urbains avec le cas des cheminots notamment dans les villes moyennes comme Auray, Carhaix ou Redon, qui sont autant de nœuds de communication. Les grandes industries lourdes sont aussi présentes en Bretagne, tout particulièrement dans le domaine de la métallurgie (Trignac, Hennebont, Saint-Brieuc, Redon), de l’extraction (déclin des mines mais poids des nombreuses carrières), voire dans les manufactures (Morlaix) ou les papeteries (Ergué-Gabéric), la fabrication de la chaussure (Fougères), les mondes de l’imprimerie (Rennes), ou la construction navale et ferroviaire, la fabrication de machines agricoles (Nantes-Saint-Nazaire, Saint-Malo, Concarneau, Guingamp)… sans oublier les mondes ouvriers littoraux, avec la façade portuaire bretonne, en lien avec les activités de pêche (conserveries du Sud Finistère) ou de commerce (dockers).

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 244 (4 juillet 2020) : Moïse ROUGET, Yvon RENAULT, Monique HAMEON

La notice de Moïse Rouget https://maitron.fr/spip.php?article174297, maire PCF de Collinée entre 1983 et 1995, rédigée par Alain Prigent, met en exergue les milieux populaires du Mené, un espace à part, loin d’être dénué de filières militantes, à l’image des anciens conseillers généraux communistes, Yvon Renault (1976-1993) https://maitron.fr/spip.php?article163770 et Monique Haméon depuis 2001.

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 245 (5 juillet 2020) : Rosa LECOINTRE et les communards morts ds le lazaret de l’île de Trébéron-en-Crozon

Aujourd’hui, intéressons ns à un lieu singulier : l’île de Trébéron. Ds la base de données du Maitron, il y a 73 communards, malades ou blessés, qui meurent entre juin 1871 et mi-mars 1872, ds le lazaret de l’île de Trébéron, au large de Roscanvel dans la presqu’île de Crozon.

Sauf erreur de ma part, aucun n’a jamais milité en Bretagne et un seul (Jean Dauvergne https://maitron.fr/spip.php?article56629) est né et a vécu en Bretagne. Pour autant, ce fichier de 73 trajectoires (dont peut-être une femme, Rosa Lecointre https://maitron.fr/spip.php?article63749), établi par Georges-Michel Thomas, est un objet historique à travailler (jamais exploité) en vue de penser une autre histoire de la Commune.

Les noms des 73 morts emprisonnés en raison de leurs engagements lors de la Commune :

Casimir Bataille ; Louis Barthela ; Louis Aubert ; Gabriel Asperge ; Julien Berger ; Arthur Blouin ; Pierre Adnet ; Charles Adriant ; Gauthier Fargeot ; Frédéric Gros ; Jules Henriot ; Charles Hoin ; Mathieu Priolot ; Rosa Lecointre ; Victor Loriot ; Eloi Louitier ; Etienne Mauvielle ; Frédéric Mayer ; Pierre Carpentier ; Désiré Le Poultier ; Henri Marais ; Frumence Malet ; Pierre Morillon ; Noël Moulard ; François Cotty ; Jean-Baptiste Boucheron ; Alexandre Champiot ; Antoine Blanc ; Jean Dauvergne ; Henri Dupas ; Louis Dumas ; François Gardien ; Gustave Forget ; Antoine Frady ; Auguste Gosselin ; Georges Hoffmann ; Alfred Nottet ; Jules Moignet ; Georges Minot ; Hippolyte Penon ; Louis Peignon ; François Perrot ; Philomène Petit ; Aimé Poupault ; Claude Poccat ; Ernest Garousse ; Jean Martory ; François Vidlenq ; Thomas Nivelle ; Louis Bon ; Ernest Bobé ; Louis Dagaud ; Jules Builliers ; Pierre Bousquet ; Ernst Demanéas ; Jean-Baptiste Develle ; Alfred Delille ; Séraphin Desprez ; Pierre Falcoz ; Jean-Marie Guhb ; Louis Granger ; Louis Jambu ; Victor Moret ; Alexis Pinon ; Jean-Baptiste Wilds ; Jean Vannain ; Pierre Viginet ; René Voisin ; Auguste Broussard ; Auguste Le Bœuf ; Jules Sénéchal ; Alexandre Thierry ; Joseph Thierry

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 236-240 (« Il va y avoir du sport !, n°4 »)

Episode 236 (26 juin 2020) : Gaston FRANCHETEAU

Il y a 3 mois, notre collègue, et future contributrice du Maitron à n’en pas douter, Sylvie Bossy-Guérin dépouillait Le Travailleur de l’Ouest et notait le nom de Gaston Francheteau avec sa rubrique Le Travailleur sportif. La notice Maitron comportait alors qques lignes.

Voici donc son nouveau portrait ds le Maitron (avec photo prise à Moscou). https://maitron.fr/spip.php?article114087 On y traite de la Gaule nazairienne, de l’Université populaire, de revues théâtrales et musicales, d’un voyage en URSS (et d’un regard entre sport rouge USSGT et sport soviétique). Retour sur un fils de paysan-ouvrier de Brière, devenu un cadre de la SFIO et de la CGT à Saint-Nazaire : Gaston Francheteau (1897-1960).

Ah si seulement je connais un type calé en histoire militaire pr éclairer cette drôle d’histoire avec sa fiche matricule…

#1J1NoticeMaitronBZH

 

 

Episode 237 (27 juin 2020) : Michel GENDROT

Un peu de basket, pour changer. Si l’essentiel de sa carrière militante syndicale, à FO, se fait en région parisienne, Michel Gendrot s’engage aussi à Saint-Malo, comme entraîneur-manager du club de basket et conseiller municipal d’opposition (PS puis PRG) à partir de 1995.

https://maitron.fr/spip.php?article148865

Actif à la JEC et ds le milieu sportif malouin durant sa jeunesse (de 12 à 18 ans), il figurait, en mars 2020, à 81 ans, en dernière position sur la liste conduite par Stéphane Perrin (dvg, 9.99 % au 1er tour).

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 238 (28 juin 2020) : Joseph DUBOIS

La FSGT a Brest, c’est une longue histoire. Forte et dense. Et avec la toute nouvelle notice de Joseph Dubois, https://maitron.fr/spip.php?article223440 , CM de Brest entre 1919 et 1935, on trouve trace de la 1ère action de la FSGT à Brest. Qd la JSOB, dont le pdt-fondateur est Joseph Dubois, affronte Villejuif… Au fait, je n’ai pas trouvé le score du match !

#1J1NoticeMaitronBZH

 

 

 

Episode 239 (29 juin 2020) : Georges CATROS

En avant première, les ppaux elts d’une nvelle notice qui va faire son entrée ds le Maitron : celle de Georges Catros. Membre de la CA de la FEN (1951-1959) et secrétaire départemental du SNEP jusqu’en 1960, Georges Catros (1921-2011), professeur d’EPS puis directeur départemental de la jeunesse et des sports, est maire PS d’Erquy (1989-1995). Scolarisé au lycée de Saint-Brieuc entre 1933 et 1941, il sert de modèle au sculpteur Francis Renaud pr la statue d’un éphèbe debout placée devant la colonne brisée en pierre de Chauvigny. Inaugurée le 11 juillet 1948, le monument rend hommage aux lycéens de Saint-Brieuc mort en raison de leurs activités militantes. Champion de France universitaire de foot,  licencié au Racing Club de Paris en amateur, il est également sélectionné dans l’équipe universitaire qui affronte Cambridge. Joueur puis entraîneur en 1953 et 1954 de l’US Erquy et du Stade Briochin, militant SFIO, Georges Catros était secrétaire départemental dans les années 1950 du SNPEP, devenu SNEP en 1956. Les professeurs d’éducation physique, répartis dans les 5 lycées (Saint-Brieuc, Guingamp, Dinan, Lamballe, Lannion) étaient une petite vingtaine dans le département.

En 1959, Georges Catros, quittant le département pour la Polynésie, est remplacé par Jacques Gardet*, militant communiste : le courant unitaire était majoritaire dès 1959 dans les Côtes-du-Nord au sein du SNEP, le basculement ne s’opérant qu’en 1969 au plan national. Affecté à Tahiti à la rentrée de septembre 1959 (1960 ?), en charge de l’organisation du sport scolaire, il s’attache à développer l’athlétisme en Polynésie. Dès 1963, il acheta une maison à Erquy (le Faré Tahiti), participant aux Jeux de l’amitié à Dakar en compagnie de quatre athlètes tahitiens. En 1966, après avoir participé aux jeux du Pacifique sud à Nouméa, il revient en Bretagne, occupant des fonctions à la Direction départementale de la jeunesse et des sports des Côtes-du-Nord. Promu inspecteur principal de l’académie de Rennes en 1975, il part en Côte d’Ivoire en 1977, où il était en charge de l’organisation d’une inspection générale académique, jusqu’à sa retraite en 1981.

En 1989, ce militant socialiste fut sollicité pour conduire la liste de gauche aux municipales à Erquy (relance de la section PS en 1974 avec Joseph Talbourdet 1921-1993).

Si Amédée Guégan* (SFIO) avait été maire entre 1941 et 1953, la commune avait été marquée par l’empreinte d’André Cornu (1953-1971), président du conseil général (46-47), parlementaire (32-36 et 48-71) et ministre (51-54), puis de Joseph Erhel* (PCF) entre 1971 et 1983. Il faut ici souligner la densité des réseaux laïques, notamment Robert Milon, les liens avec communautés ouvrières (carrières, mondes de la mer), ainsi que les rôles de militants socialistes comme le Dr Velly ou Emile Bougault.

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 240 (30 juin 2020) : Jean-Marie LE GUELLAUT

En Bretagne, l’encadrement des loisirs trahit souvent un clivage politique droite/gauche extrêmement dur et une topographie électorale fine. C’est le cas à Cléguérec avec le Foyer Laïque, impulsé par un percepteur, Solari, qui vient concurrencer à l’été 1936 le patronage catholique. La société propose des activités multiples : clique, théâtre, gym, athlé, basket et bien sûr du foot… Parmi les fondateurs du FLC, on retrouve un maréchal-ferrant, Jean-Marie Le Guellaut, conseiller municipal radical (1935-1945) puis maire SFIO (1945-1971) de Cléguérec

https://maitron.fr/spip.php?article24223

A la Libération, la SFIO catalyse une pluralité de réseaux militants (milieux laïques, associatifs, syndicaux) largement façonnés par l’irruption de la question sociale (paysannes) ds les années 1930 et qui ont maturé avec la Résistance.

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 231-235 (« Résistances brestoises »)

Episode 230 (20 juin 2020) : André LEBRETON

Pour les 5 prochaines notices, après celles sur les sources et ressources de la Cinémathèque, on reste à Brest, pour évoquer les résistances brestoises, en abordant les données figurant sur le Maitron, intelligemment et utilement complétées et approfondies par l’excellent site https://www.resistance-brest.net/ et les sources des Archives de Brest tout particulièrement. 16 notices figurent en commun sur cette base de données et sur celle du Maitron. Commençons par Yves Giloux, dont la notice Maitron https://maitron.fr/spip.php?article88316 avait été signée par Jean-Pierre Besse (tu ns manques tant, l’ami). Etudiant, fusillé en compagnie de 18 autres communistes brestois au Mont-Valérien, le 17 septembre 1943. Des sources, des images et de nouvelles données sur Yves Giloux, à lire, ici https://www.resistance-brest.net/spip.php?article1363

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 232 (22 juin 2020) : Robert CRUAU

Postier, Robert Cruau (1921-1943) meurt assassiné à Brest par les Nazis début octobre 1943. Militant CGT et ajiste, il est inséré ds les filières militantes trotskistes (PSOP puis POI) particulièrement actifs ds la Résistance ds la région nantaise comme brestoise. Une belle notice, toute en réseaux militants, à lire ici https://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article21166

et ici https://www.resistance-brest.net/spip.php?article242

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 233 (23 juin 2020) : Robert BUSILLET

A côté puis dans le Maitron, le dictionnaire des fusillés intègre des trajectoires relativement extérieures au mouvement ouvrier tel qu’il se définissait au début de l’aventure historiographique lancée par Jean Maitron ds les années 1960. C’est le cas du Brestois Robert Busillet. Membre du groupe Elie (CND Castille), Robert Busillet, militant JEC et PSF, est fusillé au Mont-Valérien le 10 décembre 1941. Comme après l’exécution des otages de Châteaubriant, cette répression déclenche une vive émotion et une grève à l’Arsenal de Brest.

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 234 (24 juin 2020) : Robert BALLANGER

Le Maitron a aussi son « Grand Charles », le pseudonyme en résistance de Robert Ballanger, figure parlementaire du PCF, qui a siégé au Palais-Bourbon entre 1945 et 1981. Incontestablement un dirigeant majeur à l’échelle nationale, dont on oublie souvent la « période bretonne ». A Nantes d’abord, où ce militant communiste effectue ses premières armes, notamment dans le milieu ouvrier (employé aux Batignolles) ou antifasciste (comités Amsterdam-Pleyel). A Brest aussi où, entre janvier 1941 et mai 1942, il œuvre à la mise sur pied des structures communistes clandestines. Un épisode relaté ici https://www.resistance-brest.net/spip.php?article1458 ce qui offre un complément très intéressant à la notice Maitron de celui qui préside le groupe parlementaire communiste à partir de 1964

https://maitron.fr/spip.php?article15547

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 235 (25 juin 2020) : Alexandre NEDELEC

Empreinte mémorielle symbolique, la dénomination des enceintes sportives, enjeu politique, rend hommage à des résistants fusillés ds bien des communes. Comme par ex à Lanvénégen avec Louis Le Flécher, c’est le cas à Le Faou avec Alexandre Nédélec https://www.resistance-brest.net/spip.php?article1378. Entraîneur-joueur de l’AS Le Faou, un club à dominante laïque fondé en 1933 (dans le prolongement d’une société de tir existant depuis 1909), Alexandre Nédélec fait partie des 6 joueurs et membres de l’ASF (et de Vengeance) fusillés par les Nazis (Louis Kerhoas, Henri Arnal, Maxime Dubois, Maurice Guillou, Joseph Le Velly). Athlète remarquable, Alexandre Nédélec (champion de natation sur 100 m et mbre de l’équipe de water-polo) faisait partie du fameux Club Nautique Brestois de Noël Kerdraon.

Et en croisant différents docs, il me semble bien qu’il s’agit de l’oncle de Jean Nédélec, déjà cité ici.

http://asvpnf.com/index.php/2018/02/02/jean-nedelec-1920-1980-60-ans-de-vie-militante-dans-le-finistere/

Incarcéré à Pontaniou et fusillé quelques joueurs plus tard, certainement, le corps de Alexandre Nédélec n’a jamais été retrouvé.

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Ainsi, de nbreuses fiches Maitron/résistance-brest.net dialoguent et s’enrichissent (De Bortoli, Lecrux/Bastien, Gosnat/Lambert, Bodenez, Kerbaul pr celles évoquées ds #1J1NoticeMaitronBZH). Avec les 5 prochains portraits, on replonge sur le terrain des luttes ds « Il va y avoir du sport !, n°4 », une rubrique qui pose des jalons pour un Maitron Bretagne des militants du sport…

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 226-230 (« La Cinémathèque de Bretagne, sources et ressources »)

Episode 226 (16 juin 2020) : François Le Cloérec

La Cinémathèque de Bretagne recèle des archives qui ne sont que trop rarement utilisées faute d’être connues. C’est l’objet de nos 5 prochains épisodes. Ds un premier tps, restons à Auray, avec sa coopérative La Panification fondée en 1904 et filmée ici

https://www.cinematheque-bretagne.bzh/Base-documentaire-Auray-1937-426-1599-0-1.html?ref=7e68ae41d2c7846587d5bf33e452dd3e

Son président, François Cloérec a eu le droit à une notice « remastérisée », à lire ici

 

Né le 18 août 1872 à Saint-Avé (Morbihan) ; mort le 10 février 1952 à Auray (Morbihan) ; instituteur ; adjoint SFIO à Auray (1929) ; militant syndical, coopérateur, socialiste.

Son père, Julien Cloërec (37 ans en 1872) était forgeron tandis que sa mère Anne Morio (39 ans en 1872) était journalière.

Passé par les écoles laïques, François Cloërec intégra l’EN de Vannes. Instituteur, militant laïque engagé syndicalement, enseigna  tour à tour à Plaudren (1891), Guer (1895), Gourin (1896), Le Palais (1898), avant de s’établir en 1900 à Hennebont.

Au contact du mouvement ouvrier, il s’engagea au sein de la SFIO avant 1914. Mobilisé en avril 1916, cet ancien combattant (caporal), ouvertement pacifiste, resta fidèle à la SFIO au moment du congrès de Tours.

En poste à Auray, il faisait partie, fin février 1925, des animateurs de la refondation de la section SFIO à Auray (28 adhérents), dans un café, avec Abel Kergrain et une base de cheminots syndiqués à la CGT, en présence des dirigeants fédéraux lorientais, Jean Baco et Louis L’Hévéder. Si Le Rol (employé du PO) fut désigné secrétaire de section, Jan ,sculpteur, trésorier et Allanic, trésorier adjoint, c’était bien François Cloërec et Abel Kergrain qui apparaissaient en pointe de l’activité militante. Adjoint dans une municipalité radicale en 1929, il devint 1er adjoint en août 1930, après Abel Kergrain, démissionnaire en raison du conflit lié aux dépenses à engager pour la construction du terrain des sports, du nouveau maire Cado. Au début des années 1930, les tensions étaient à vifs entre radicaux et socialistes, signe du glissement des enjeux politiques, du Cartel des gauches aux dynamiques à venir du Front Populaire. En 1932, ce cadre de la fédération SFIO du Morbihan faisait partie de la commission fédérale des conflits.

Militant coopérateur, administrateur puis président de la coopérative La Panification, fondée en 1904,  il assuma la fusion avec l’Union coopérative lorientaise en 1945. Membre de la commission de contrôle au sein des filières coopératives, toujours militant SFIO et SNI, il mourut le 10 février 1952, à Auray.

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 227 (17 juin 2020) : Joseph Riot

On continue l’exploration des films de la Cinémathèque de Bretagne, avec ce doc au moment du départ de Jean Faucheur (dont ns avons déjà parlé à propos du Joint Français

https://www.cinematheque-bretagne.bzh/Base-documentaire-D%C3%83_part-de-Jean-Le-Faucheur-426-26381-0-2.html?ref=964aa3f795be979bacebfed2bbd2c9b6

L’occasion de rappeler le parcours d’un de ses prédécesseurs à la tête de la CFTC dans les Côtes-du-Nord, Joseph Riot

https://maitron.fr/spip.php?article159134

Comptable, Joseph Riot (1918-1997) de la JOC à l’Action travailliste et son rôle local clé en 1962, il dirige l’UD CFTC de 1949 à 1953.

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 228 (18 juin 2020) : Robert Jan, Albert Quelven, Michel Naviner

Plusieurs films amateurs de Michel Mazéas, emblématique figure du communisme à Douarnenez, déjà évoquée ici, immortalisent les fêtes militantes du PCF, comme ici à Concarneau en 1955

https://www.cinematheque-bretagne.bzh/Base-documentaire-F%C3%83%C2%AAte-de-_La-Bretagne_-%C3%83%C2%A0-Concarneau-426-14995-0-2.html?ref=cbb0046695bd3e94b630e6ab5152fdcb

Ds un espace tramé par des réseaux militants puissants après 1920, c’est l’occasion de relire les notices de conseillers généraux PCF de Concarneau, comme celle de Robert Jan   https://maitron.fr/spip.php?article76301

Conseiller général PCF de Concarneau (1945-1949 et 1973-1979). Conseiller général de 1949 à 1955, Albert Quelven https://maitron.fr/spip.php?article159309  est aussi un militant du sport. Enseignant et maire de Lanriec, Albert Quelven (en haut à gauche sur la photo) impulse en 1949 l’Amicale laïque de Lanriec, petit club de football dont le 1er président est Georges Gohier, faisant face au patronage catholique des Mouettes d’Arvor. Le terrain de Douric draine ainsi des réseaux laïques rouges indissociablement liés dans cette contre-société communiste.

A noter qu’il manque la notice de Michel Naviner (mort en 2001), conseiller général entre 1955 et 1967 et maire de Trégunc (1945-1959), qui rompt avec le PCF au moment de la première déstalinisation faisant suite au rapport Khrouchtchev.

 

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 229 (19 juin 2020) : Jean Raulo

Plusieurs documents conservés à la Cinémathèque de Bretagne figent à l’écran les rassemblements de la JOC

https://www.cinematheque-bretagne.bzh/Base-documentaire-J.O.C.-426-7253-0-1.html?ref=2400aec5b7d6d5ac411fd4df9ee39828

Un parcours parmi d’autres ds cette tranche jociste de l’histoire militante collective des mondes ouvriers chrétiens bretons, avec Jean Raulo https://maitron.fr/spip.php?article128166

Typographe, Jean Raulo (1914-1997), militant JOC dès 1928, secrétaire du syndicat du Livre (1936), secrétaire adjoint de l’UL en 1937, permanent (1938-1958), est secrétaire de l’UD CFTC (1945-1958) avec Edouard Moisan et Jean Chardron. Artisan horloger, son père est membre du Sillon. Actif pendant les grèves d’août 1953, Jean Raulo, président de la société coopérative HLM la Maison familiale (dont la 1ère réalisation reste la cité Le Corbusier Maison radieuse à Rezé https://nantes.maville.com/actu/actudet_-le-corbusier-au-patrimoine-mondial.-et-pourquoi-pas-reze-_52716-3018248_actu.Htm), est administrateur puis président de la CAF.

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 230 (20 juin 2020) : André Lebreton

 

Le rôle du conflit à Sud Aviation est central pour comprendre le tournant des luttes ouvrières en mai 1968. Une belle archive ici ds les bases de la Cinémathèque de Bretagne

https://www.cinematheque-bretagne.bzh/Base-documentaire-C.G.T.-en-mai-68-_La_-426-7892-0-1.html?ref=964aa3f795be979bacebfed2bbd2c9b6

L’occasion aussi de lire une notice de la 6e période du Maitron (1968-1981) avec celle sur Henri Lebreton (1921-2017), ouvrier ajusteur, militant mutualiste et ACO, responsable CFTC-CFDT à Bouguenais.

La notice complète est à lire ici https://maitron.fr/spip.php?article229081

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 221-225 (« Mourir dans le Maitron »)

Episode 221 (11 juin 2020) : Joseph Le Calvez

Les 5 prochaines notices porteront sur une thématique ciblée : Mourir ds le Maitron (et pas pr le Maitron quoique ce serait peut-être un sujet).

On commence par la notice de Joseph Le Calvez, patron-pêcheur, radical puis socialiste (SFIO-PSU) et maire de Trédrez entre 1939 et 1966. https://maitron.fr/spip.php?article136577 Parmi les éléments permettant d’élaborer sa notice, on peut citer le triple hommage militant rendu à ses engagements partisans, locaux, coopératifs et mutualistes par Yves Le Foll, Pierre Jagoret et Marcel Le Guyader dont ns avons déjà parlé ici. La nécrologie militante est ainsi une source précieuse à condition bien sûr de la croiser avec d’autres documents. Idem d’ailleurs pr la commémoration locale ou les dossiers d’odonymie (puisqu’il y a une rue Joseph Le Calvez à Trédrez-Locquémeau).

#1J1NoticeMaitronBZH

A noter que depuis la rédaction de cette notice par nos soins, en avril 2009, de nouvelles possibilités numériques, d’accès aisé à des sources secondaires (état-civil, fiches du registre matricule). Ds l’idéal, pr chaque notice Maitron, il faudrait repasser les choses au peigne fin avec ces outils…

Qques éléments glânés au prisme de ces docs

Ses parents : François Le Calvez (1863-1944, marin « patron-pêcheur ») et Julie Le Maguer (1862-1920, ménagère)

Marié une première fois à Trédrez le 4 septembre 1921 avec Suzanne Le Coz (1903-1929), il se remarie avec la sœur aînée de celle-ci, le 29 novembre 1931 à Lannion, Elisa Le Coz (1895-1981, commerçante)

Sa fiche matricule (saisie informatiquement à son second prénom, Julien) ns indique qu’il est inscrit au quartier maritime de Lannion en décembre 1914.

La mention «  infirmier » est aussi apposée à plusieurs reprises à divers docs au moment de son décès.

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 222 (12 juin 2020) : Charles Queillé

Pr l’épisode 222, on reste ds le 22 forcément à Guingamp. Jacques Brel aimait chanter, « On est deux à vieillir/contre le temps qui cogne/ms, lorsqu’on voit venir/en riant, la charogne/on se retrouve seul. https://www.youtube.com/watch?v=Y97XJzXiDjo  Le Maitron regorge de morts poignantes, où les engagements collectifs précipitent des fins de vies, si courtes… Des morts collectives, sous le signe d’appartenance plus grande, à l’image de celle de Charles Queillé, qui appartient aux footeux du Stade Charles-de-Blois, patronage chrétien, engagés au sein des FTP à dominante communiste (pr le pourquoi cette réalité faite d’épaisseur et de complexite, il faudra suivre notre HDR, en cours…). Une vie fauchée, à Servel, le 18 mai 1944. https://maitron.fr/spip.php?article146917

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 223 (13 juin 2020) : Félix Guilloux

Parfois, la date de décès permet de faire remonter des docs en croisant des champs a priori déconnectés. C’est le cas avec Félix Guilloux, un des pionniers du syndicalisme enseignant en Loire-Inférieure https://maitron.fr/spip.php?article114502

Militant coopérateur décédé lors du naufrage du St Philibert, dont on a déjà parlé ici, Félix Guilloux est aussi un historien de la conquête du marais breton-vendéen et du port de Bourgneuf-en-Retz (sa commune natale)

https://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1924_num_36_2_4277_t1_0402_0000_1

ainsi que d’un précis de l’histoire de Nantes

C’est aussi le créateur et président en 1922 du syndicat d’initiative des Moutiers en Retz.

Militant pédagogue du mouvement Freinet, son nom est aussi accolé à la très belle histoire de l’école du Château d’Aux

https://www.asso-amis-de-freinet.org/sites/default/files/LES%20PIONNIERS%20DU%20MOUVEMENTS%20FREINET%20EN.pdf

et https://felixguilloux.com/historique/

Bref, des éléments qui viendront enrichir la nvelle version de cette notice

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 224 (13 juin 2020) : Pedro Florès Cano

A l’image de cette contribution  https://books.openedition.org/pur/44839?lang=fr, la mise en perspective des mémoires socialistes et communistes de la Résistance reste un objet d’histoire passionnant.

Le parcours de vie des fusillés de la Maltière, parmi lesquels Pédro Florès Cano, mineur, FTP-MOI, est rappelé à chaque commémoration à St Jacques de la Lande comme à la caserne du Colombier.

Une superbe notice, qui met en images les espaces de la mémoire, à lire ici https://maitron.fr/spip.php?article166980

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 225 (15 juin 2020) : Abel Kergrain

En janvier 1938, les obsèques civiles de Abel Kergrain peuvent être analysées comme une véritable manifestation politique, mobilisant les réseaux laïques et socialistes, si l’on suit le n°872 du Rappel du Morbihan.

Revisitons donc et réécrivons cette notice qui figure sous cette forme ds le dictionnaire papier paru il y a bien longtemps

 

https://maitron.fr/spip.php?article97289

Soulignons tout l’intérêt de nouveaux documents, comme les ressources dénichées par des généalogistes, comme ici

https://gw.geneanet.org/kermenoz44?n=kergrain&oc=&p=abel

ce qui permet de mettre un visage sur cette figure de la vie politique locale

il y a aussi les archives internes du PS du Morbihan, très riches sur les années 1920 et 1930, sans parler des archives municipales, toujours précieuses

https://www.ouest-france.fr/bretagne/auray-56400/1929-abel-kergrain-un-adjoint-engage-776442

Ceci étant dit, voici la nouvelle version de la notice, en tweets

#1J1NoticeMaitronBZH

KERGRAIN Abel

 

Né le 13 septembre 1886 à Auray (Morbihan) ; mort le 3 janvier 1938 à Auray (Morbihan) ; commerçant ; adjoint SFIO à Auray (1929-1930, 1932-1938) ; vice-président de la FOL dans le Morbihan ; président du Patronage Laïque d’Auray dans les années 1930 ; militant laïque, radical puis SFIO.

 

La famille d’Abel Kergrain compta parmi ses membres un proscrit du 2 Décembre et plusieurs militants en vue, qui, dans les moments difficiles de l’Empire, du 16 mai 1877, des affaires Boulanger et Dreyfus luttèrent toujours pour le triomphe des idées républicaines et laïques.

Militaire de formation son père Jean Kergrain (1835-1902) s’était marié en 1875 avec Rosalie Jégo (commerçante), le couple tenant un magasin de cuir.

Neveu de l’ancien maire radical en 1900, date du premier basculement républicain aux municipales à Auray, Abel Kergrain entra lui aussi au Parti radical-socialiste en 1904 et milita ardemment pendant la période troublée de la séparation des Églises et de l’État.

Adhérent à la SFIO en 1911, il fonda la section socialiste d’Auray (dont il était le secrétaire entre 1911 et 1914, puis à nouveau de 1919 à 1921) avec le concours du secrétaire fédéral Bonnaud et des militants lorientais. Secrétaire de la section d’Auray (1911-1914), Abel Kergrain fut délégué de la fédération du Morbihan au congrès national de la SFIO à Brest en 1913.

Mobilisé en 1914, sa fiche matricule, qui fait état de problèmes de santé (rein), montre également une exposition relative aux combats à partir de l’automne 1916, jusqu’à son renvoi au foyer en 1917.

Découragé par les fissures militantes creusant un fossé aboutissant à la scission entre socialistes et communistes (1917-1921), il reprit une activité militante à la SFIO, refondant la section d’Auray dont il était le secrétaire entre 1919 et 1921. Le 12 décembre 1920, le congrès fédéral statuant sur l’adhésion à la IIIe Internationale, se tenait à Auray. Tout en étant favorable à l’adhésion, Abel Kergrain y exprima une position modérée appelant au maintien de l’unité de la famille. Il indiquait par exemple, « si une guerre sociale est nécessaire pour atteindre la Révolution, il faut faire couler le moins de sang possible ». Ce congrès aboutit à une répartition des mandats comme suit : motion Frossard 45, motion Longuet 18, motion Blum 11.

Candidat au conseil municipal sur une liste socialiste en 1919, puis sur une liste du Cartel des gauches en 1925, il fut élu en 1929 sur la liste du Bloc des gauches. Il arrivait en tête avec un colistier et fut nommé premier adjoint au maire, poste qu’il dut abandonner en juillet 1930 devant l’opposition de certains radicaux du conseil municipal. Dans le contexte troublé de la vie municipale locale au début des années 1930, Abel Kergrain retrouva un poste d’adjoint en décembre 1932.

Commerçant (magasin de cuir), il était aussi président du Patronage laïque d’Auray (PLA) dans les années 1930, fondant notamment une section gymnastique féminine. Vice-président de la FOL dans le Morbihan, administrateur de la mutualité scolaire, cette figure socialiste laïque fut candidat socialiste SFIO aux élections sénatoriales de 1932. La liste, composée de Emmanuel Svob (conseiller général de Lorient 2 depuis 1928), Pierre Rogel (maire de Lanester depuis 1919 et conseiller d’arrondissement depuis 1930) et André Merlet (conseiller municipal de Vannes), obtint entre 35 et 42 voix au 1er tour, soit 4 % des suffrages exprimés. Cheville ouvrière de l’organisation locale, avec François Le Cloérec (instituteur, coopérateur, adjoint), du congrès fédéral de la SFIO à Auray en 1934, il était toujours secrétaire de la section d’Auray (forte de 24 adhérents en 1934). Ayant participé à la campagne de Pierre Le Goff en 1928, Abel Kergrain se présenta aux cantonales à Auray en octobre 1934. Ses obsèques civiles, en janvier 1938, rassemblèrent plus de 1500 personnes. Marié le 6 décembre 1911 avec Agnès Jouade (1890-1972), fille de douanier, il eut 3 enfants.

Un gymnase et une rue à Auray portent le nom d’Abel Kergrain.

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 216-220 (« les UD CGT »)

Episode 216 (6 juin 2020) : Pierre Geffroy

Les 5 prochains portraits auront trait à des notices éclairant une fonction clé dans l’encadrement syndical, celle de secrétaire général, en puisant ds le corpus de la CGT des 5 départements bretons.

Commençons par Pierre Geffroy  https://maitron.fr/spip.php?article50011 qui avait été évoqué ds la présentation du Maitron Bretagne au sein de la revue Place Publique  http://www.placepublique-rennes.com/article/Au-fil-du-dictionnaire-Le-Maitron-Des-figures-du-mouvement-ouvrier-et-social-en-Bretagne-1

Ajusteur à la SNCF, Pierre Geffroy (1906-1955), résistant Front National et membre du CDL d’Ille-et-Vilaine, est adjoint PCF à Rennes (1945-1947) et secrétaire de l’UD CGT (1944-1952). Chère à Antoine Prost, la « ruée syndicale » prévaut à la Libération ds le dpt, les effectifs passant de moins de 10 000 adhérents fin 1944 à près de 30 000 militants, regroupés au sein de 204 syndicats en mars 1946. Son abandon de toutes responsabilités syndicales en 1952 survient ds des circonstances encore à éclaircir, ses engagements semblant effacés de la mémoire militante à son décès. Sa femme joue un rôle majeur ds le lancement du journal Ouest-Matin, dirigé par Henri Denis entre 1948 et 1956.

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 217 (7 juin 2020) : François Tanguy

Ouvrier maçon, François Tanguy (1925-1987) https://maitron.fr/spip.php?article172973 reste secrétaire de l’UD CGT du Finistère entre 1956 et 1978.

Jeune résistant, il construit son parcours syndical aux côtés des Pierre Mazé et Henri Ménès  https://maitron.fr/spip.php?article147047. Il se révèle particulièrement lors de la mise en place du comité régional de la CGT, Fanch Tanguy était aussi fortement intéressé par l’histoire des luttes syndicales locales (3 vol sur l’histoire de la CGT du Finistère 44-68)

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 218 (8 juin 2020) : René Bonnaire

Ouvrier à l’Arsenal, résistant, René Bonnaire (1914-1969) est très en pointe lors des grèves de l’automne 1947. Il est congédié par le ministre de la Défense en février 1950, moment d’agitation sociale (durement réprimé) ds les arsenaux à l’échelle nationale. Il figure parmi les élus PCF de la municipalité Le Samedy (1951-1953), brève parenthèse communiste dans un espace local dominé par la SFIO. Secrétaire de l’UL en 1952, il devient secrétaire de l’UD en 1954. C’est Marcel Piriou, dont on a déjà parlé ici qui lui succède en mars 1955.

https://maitron.fr/spip.php?article17174 une notice qui va bientôt être revue et corrigée

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 219 (9 juin 2020) : Gaston Jacquet

Métallurgiste, Gaston Jacquet (1904-1997) est sg de l’UD CGT de Loire-Inférieure (1948-1950), après Gabriel Goudy. https://maitron.fr/spip.php?article76769

Biscuitier, son père (mort en 1922) fait partie des premiers réseaux de la CGT et de la SFIO avant 1914. Militant CGTU, Gaston Jacquet occupe des responsabilités de premier plan à l’UL de Nantes dès les années 1930. Militant communiste, c’est une figure de la CGT des années 1940 aux années 1970, encore célébrée par la mémoire de l’organisation https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/300-adherents-ont-fete-les-75-ans-de-la-genestrie-665947

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 220 (10 juin 2020) : François Le Garignon

Rédacteur à la mairie de Saint-Brieuc, François Le Garignon, né en 1920, est sg de l’UD CGT entre 1951 et 1962. https://maitron.fr/spip.php?article136666 Propulsé à la direction du syndicat après l’affaire du 11 mai 1950 (passage ds la clandestinité de responsables de premier plan, après l’arrêt d’un train d’armement pour l’Indochine, il forme avec Thérèse Le Garignon (secrétaire dptale de l’UFF et CM de Saint-Brieuc en 1953), https://maitron.fr/spip.php?article137283 un couple militant très actif au sein de la CGT et du PCF, avant de quitter la Bretagne pour la région parisienne.

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 211-215 (« L’expérience atypique de la FSB »)

Episode 211 (1er juin 2020) : Victor Aubert

Entre 1900 et 1907, le mouvement ouvrier se dote en Bretagne d’une structure à base régionale. Une expérience militante atypique qui sera l’objet des 5 prochaines portraits

Elu maire de Brest à 57 ans, Victor Aubert (1847-1922) est un ouvrier horloger, président du conseil des prud’hommes et trésorier de l’Union syndicale des travailleurs brestois.

https://maitron.fr/spip.php?article77077

Cette première expérience du socialisme municipale se traduit par la création d’une Bourse du Travail, d’une colonie de vacances et de l’œuvre de la goutte de lait par exemple

#1J1NoticeMaitronBZH

 

 

Episode 212 (2 juin 2020) : Benjamin Huet

Qui était le 1er maire se réclamant du mouvement ouvrier en Bretagne ? Vaste question. Entre 1892 et 1910, Benjamin Huet, proche de Charles Brunellière, dirige la municipalité de Maisdon-sur-Sèvre dans le vignoble nantais au Sud de la Loire-Inférieure, en lien avec ces milieux syndicaux en partie détachés de l’emprise conservatrice.

Pour en savoir plus sur ces actions syndicales des colons de vignes à complant entre 1891 et 1914, cf http://www.revue-placepublique.fr/Sommaires/Sommaires/Editos/edito34.html

http://www.musee-vignoble-nantais.eu/fileadmin/SCOT/06_PAH/06_LaDocumentation/LVC_Musee.pdf

Seul socialiste dans le conseil municipal, il paraît néanmoins incongru de considérer cette mairie de sensibilité socialiste. La définition de la sensibilité socialiste, difficile à éclaircir, nécessite d’élargir l’aire socialiste par rapport aux frontières du milieu partisan stricto sensu.

Une notice qui sera bientôt revue et corrigée https://maitron.univ-paris1.fr/spip.php?article81563

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 213 (3 juin 2020) : Henri Gautier

Ouvrier chaudronnier passé par les réseaux guesdistes puis allemanistes (L’Emancipation), Henri Gautier (1865-1925), dont les engagements trahissent le poly-engagement de la militance socialiste et la vigueur des relais ouvriers : secrétaire du syndicat des inscrits maritimes, fondateur du Travailleur de l’Ouest (1908) et de la Maison du Peuple, président de la Libre-Pensée, franc-maçon, coopérateur. Secrétaire de l’Union Locale CGT jusqu’en 1921 et dirigeant syndical national, Henri Gautier, conseiller municipal (1922) puis conseiller général  de Saint-Nazaire (1922), est régulièrement candidat aux législatives avant 1914. Il contribue jusqu’à son décès en 1925 à initier la carrière du leader SFIO François Blancho

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 214 (4 juin 2020) : Eugène Trébourg

Il y a maintenant 7 mois qu’a débuté ce Tour du Maitron Bretagne en 366 jours. Et normalement, je devrai en ce moment même boire une (peut-être deux, je le concède) bière avec mon ami Erwan pr tirer le bilan de notre JE Poings levés et beurre salé. https://fr.calameo.com/books/0027532415cb7d10cb5b9. Ms le pangolin est de droite et a choisi de s’attaquer à la grande œuvre du Maitron…

Alors du coup, on se délecte avec une notice so Maitron pr ce 214e épisode. Celle d’Eugène Trébourg (1879-1947). La grève de Fougères en 1906-1907, la CGT et la SFIO (CM en 1925 et 1935, adjoint en 1929, 1er adjoint en 1945). Et surtout la coopérative (fondée en 1897 et qu’il préside entre 1913 et 1947) L’Alliance des travailleurs fougerais. https://books.openedition.org/pur/19519?lang=fr . Un projet d’émancipation collective avec son groupe sportif, sa chorale, sa troupe de théâtre et sa colonie de vacances. http://enenvor.fr/eeo_revue/numero_13/le_mouvement_social_a_fougeres_au_temps_du_front_populaire.html

#1J1NoticeMaitronBZH

 

 

 

 

Episode 215 (5 juin 2020) : Yves Le Febvre

La Terre des prêtres. Un ouvrage associé au nom de Yves Le Febvre (1874-1959), magistrat, dont la thèse de doctorat de droit s’intitule L’ouvrier étranger et la protection du travail national.

https://maitron.fr/spip.php?article82366

Dreyfusard, délégué du Finistère salle Japy en 1900, il fait le lien entre la FSB et le PSF notamment. Candidat aux législatives à Morlaix en 1906 (1000 voix, 6.33 %), Yves Le Febvre est CM SFIO de Morlaix en 1908. En 1909, Jaurès loge chez lui lors de sa tournée bretonne. En 1911, après sa rupture avec les socialistes, il rejoint le mouvement radical où il développe toujours plus ses options anticléricales. Juge de paix à Plouescat puis Lannion (1917), avant de terminer sa carrière à la cour d’appel d’Amiens, Yves Le Febvre fonde surtout la revue mensuelle La Pensée bretonne (de 1913 à décembre 1925) et Les Cahiers bretons (5 n° après avril 1918).

Le CRBC abrite un superbe fonds Yves Le Febvre https://www.univ-brest.fr/crbc/menu/Biblioth%C3%A8que+Yves+Le+Gallo+%28UMS3554%29/Fonds+d%27archives/Le_Febvre__Yves, souvent convoqué ds les travaux le concernant, favorisés par la dynamique  association des Amis de Yves Le Febvre https://famille-aylf.fr (citons notamment les écrits de Léon Dubreuil (art nécro paru ds les ABPO https://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1960_num_67_2_2108

), Bernard Duchatelet (JE sur Yves Le Febvre et Augustin Hamon en terre des prêtres https://www.univ-brest.fr/crbc/menu/Editions+du+CRBC/Collection+Collectif/Yves_Le_Febvre_et_Augustin_Hamon_en__Terre_des_pretres_

), Fanch Broudic (conférence sur la polémique entre Emile Masson et Yves Le Febvre en matière linguistique http://www.langue-bretonne.org/archives/2020/01/17/37946901.html

), Nadège Lecorve (maîtrise UBO, exploitant ses carnets de guerre ) et Georges-Michel Thomas (catalogue-hommage du Musée de Morlaix+articles ds les Cahiers de l’Iroise).

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 206-210 (« Les anarchistes »)

Episode 206 (27 mai 2020) : Jean-François Le Levé

Prochaine série de 5 épisodes, une culture politique majeure : les Anarchistes. https://www.youtube.com/watch?v=mPn4vAOv0Xo

La culture anarchiste imprègne les milieux syndicaux dès la fin du 19e siècle. Un exemple des convictions et tourments de l’anarcho-syndicalisme, une notion tout en débat-s, avec Jean-François Le Lévé, figure cégétiste de Lorient (sg de l’UD 1929-39), mort des suites de sa déportation fin juin 1945.

https://maitron.fr/spip.php?article154007 et https://maitron.fr/spip.php?article117552

 

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 207 (28 mai 2020) : Louis Quémerais

Un exemple de l’empreinte de l’anarcho-syndicalisme, au sein des milieux PCF-CGTU, avec le parcours rennais de Louis Quémerais

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 208 (29 mai 2020) : Jean-Marie Pétrequin

Au milieu du 19e, les noyaux anarchistes commençaient à se structurer notamment autour de Brest. Un ex à Lambézellec avec Jean-Marie Pétrequin (né à Guingamp et abonné au Falot cherbourgeois, cad un Gary-AMB compatible)

#1J1NoticeMaitronBZH

 

 

 

 

Episode 209 (30 mai 2020) : Eugène Borda

Au Maitron, on est plus Rougon-Macquart que Phèdre a priori https://maitron.fr/spip.php?article226914

Tout le monde connaît Souvarine, qui, de l’écrit à l’écran est une des sources pr Zola comme Berri pr fabriquer un des personnages de Germinal https://books.openedition.org/septentrion/15520 .

Ms qui savait que Souvarine est aussi ds le Maitron Bretagne ?

https://maitron.fr/spip.php?article185005

La notice de Eugène Borda est étonnante !

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 210 (31 mai 2020) : Pierre Bretreux

Les travaux de Vivien Bouhey (les anarchistes contre la République http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1935), notamment à travers les listes établies en Annexes (n°52 pr la Loire-Inférieure) sont précieux pr les notices du Maitron. C’est le cas avec Pierre Bertreux https://maitron.fr/spip.php?article185157. Il est secrétaire de la Bourse du Travail de St Nazaire, inaugurée en 1892 en présence de Fernand Pelloutier et Aristide Briand (qui ont aussi leurs notices ds le DBMOMShttps://maitron.fr/spip.php?article156461 et https://maitron.fr/spip.php?article102420). Son restaurant servait de lieu de réunion. CM, élu sur une liste radicale, Pierre Bertreux fait partie des Vengeurs de St Nazaire.

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 201-205 (« Secours populaire »)

Episode 201 (22 mai 2020) : François Paugam

On continue notre tour du Maitron Bretagne avec une série de 5 notices centrées sur les solidarités ouvrières, au sein des filières militantes du Secours rouge ou du Secours populaire. Commençons par François Paugam (1910-2009), cheminot, CM PCF de Morlaix (1947-1959) et secrétaire de l’UL CGT. Chevalier de la légion d’honneur, il était pdt du Secours populaire à Morlaix.

https://maitron.fr/spip.php?article144871

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 202 (23 mai 2020) : Julien Moreau

Secrétaire du syndicat CGTU des cheminots, président de l’Orphelinat des cheminots, Julien Moreau (1890-1963) était secrétaire de l’UL de Saint-Nazaire en 1926. Militant du Parti communiste, des Amis de l’Union soviétique, du Secours rouge international, administrateur de la coopérative ouvrière La Ruche nazairienne, il avait été très actif ds les luttes de chômeurs en 1932 https://histoiresocialepdl.wordpress.com/2017/03/15/1933-la-marche-des-ventres-creux/. Après 1945, il est secrétaire de l’UL CGT de St Nazaire. Il finit sa carrière en travaillant à la Sécurité Sociale. Un de ses fils devient journaliste à Ouest-Matin puis à l’Huma

Une vie en rouge, à lire ici https://maitron.fr/spip.php?article6881

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 203 (24 mai 2020) : René Houzé

Plombier, René Houzé (1910-1974) milite à la CGT et au PCF ds les Côtes-du-Nord. Résistant, dirigeant national des FTP, il est secrétaire national du Secours populaire en 1950-1951. Il appartient également au cabinet de François Billoux, un des ministres communistes au temps du tripartisme. https://fresques.ina.fr/reperes-mediterraneens/fiche-media/Repmed00421/hommage-a-francois-billoux.html

Une longue et belle notice (notamment sur ses engagements bretons avant la WWII), à lire ici https://maitron.fr/spip.php?article89271 sur ce militant qui correspond bien à la génération 1936

#1J1NoticeMaitronBZH

 

 

Episode 204 (25 mai 2020) : Théo Jaume

Sabotier puis marchand forain, Théo Jaume  (1897-1966) fait partie des militants communistes engagés ds le mouvement paysan des luttes contre les ventes-saisies ds les années 1930. Syndicaliste, il est aussi actif au sein du Secours rouge international particulièrement ds l’accueil des réfugiés espagnols. Figure de la résistance, il est maire de Grâces entre 1944 et 1947 https://maitron.fr/spip.php?article88299

Signalons aussi la notice de son fils, militant incontournable, Luc Jaume https://maitron.fr/spip.php?article88298

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 205 (26 mai 2020) : Emile Guyot

Des mutins de la mer Noire à la résistance, en passant par les luttes contre le retour au pouvoir du général de Gaulle en 1958, Emile Guyot (1879-1979) présente un parcours militant d’une grande longévité. Instituteur, responsable du mouvement laïque et syndical dans le Morbihan, ce militant communiste, antifasciste, était responsable départemental du secours rouge international à la fin des années 1920 et au début des années 1930. Emile Guyot avait aussi occupé les fonctions de président de l’USOL (Union sportive et ouvrière de Lanester), dont ns avons déjà parlé.

#1J1NoticeMaitronBZH

#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 196-200 (« Le PSU vu d’en bas »)

Episode 196 (17 mai 2020) : Pierre Libouban

Cap sur le 200e épisode du défi #1J1NoticeMaitronBZH, avec 5 notices qui comptent pr saisir le PSU vu d’en bas et qui ont compté, en 2007-2009, pour le PSU vu d’en bas.

On commence, en famille. Les débats politiques saignants entre Tanguy Prigent https://maitron.fr/spip.php?article88600 et son beau-frère Marcel Hamon https://maitron.univ-paris1.fr/spip.php?article88225 sont bien connus. Ms il y a aussi l’autre beau-frère du paysan-ministre : Pierre Libouban https://maitron.fr/spip.php?article74450

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 197 (18 mai 2020) : René Crouvizier

Itinéraire étonnant que celui de René Crouvizier (1922-1996), entre christianisme social et communisme, en passant par le PSU bien sûr. https://maitron.fr/spip.php?article21147

Une plongée ds les milieux ouvriers lorientais, avec ce militant JEC puis JOC, CFTC devenu cadre de la CGT. Résistant, militant MLP, il devient secrétaire adjoint du Mouvement de la paix et co-président de France-URSS, selon un processus assez classique de valorisation des militants non-communistes ds ces structures gravitant ds l’orbite du PCF. Secrétaire de section de l’UGS de Lorient (1957-1959) ; candidat PSA aux municipales en 1959 lors de la défaite de la municipalité SFIO ds un contexte de désunion avec le PSA-PCF, ce militant ACO devient CM PSU puis PCF de Lorient (1965-1983). Ds 3 notices, on arrivera à l’épisode 200, en attendant, retrouvez ts les portraits sur http://amb.hypotheses.org

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 198 (19 mai 2020) : André Coutant

Le PSU s’avère une auberge militante où confluent des réseaux pluriels. Passoire militante, c’est aussi une passerelle politique, servant de trait d’union des gauches et de laboratoire d’idées nouvelles à gauche. C’est le cas à Rezé, où André Coutant  joue un rôle décisif ds la fabrication du schéma d’union des gauches, des communistes aux chrétiens sociaux, autour d’un pivot socialiste. Une configuration qui prévaut localement jusqu’en 2020 et qui, en 1962, témoigne d’une certaine dimension « laboratoire ».

Une notice à lire ici https://maitron.fr/spip.php?article20985 ds notre épisode 198

https://www.franceinter.fr/oeuvres/le-psu-vu-d-en-bas-reseaux-sociaux-politique-laboratoire-d-idees-annees-1950-annees-1980

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 199 (20 mai 2020) : Adolphe Perrault

Episode 199. Direction Loudéac avec cette notice. https://maitron.fr/spip.php?article141959 Tt le monde a identifié le père de … Mystère. Il faut cliquer sur la notice

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 200 (21 mai 2020) : André Le Milinaire

Tout le monde connaît Michel Le Milinaire, l’emblématique entraîneur. Ah, Kiev 1983 avec le Stade Lavallois. Et puis l’immense Kéru. Et même un parcours rennais majeur. http://www.stade-rennais-online.com/Michel-Le-Milinaire,2038.htmlMich’, Le collectif d’abord.

Ms grâce au Maitron, on en apprend plus sur son frère, André Le Milinaire, St Brieuc avec une pointe de PSU. https://maitron.fr/spip.php?article138454. C’était notre 200e ce soir. To be continued…

 

#1J1NoticeMaitronBZH