#Pour aller plus loin, épisode 5

Les notices dévoilées ces 5 derniers jours (Josette Cornec, Renée Broustal, Marie-Josée Chombart de Lauwe, Alice Zanon, Cécile Durand, Henriette Glon, Alice Merrien, Gisèle Geslin, Marie Lambert) témoignent de la prise en compte, par les équipes du Maitron, de la clé du genre pour décrypter l’histoire sociale du politique.

Ces militantes appartiennent aussi à différents sous-corpus (féministes, CFTC, FO, CGT, PCF, socialistes, intellectuels, enseignants…), réalité qui invitent souvent les auteurs à rédiger les biographies à plusieurs mains pour croiser les champs historiographiques. Rappelons les contributeurs de ces textes : Christian Bougeard, André Caudron, Jacques Girault, Yann Le Floc’h, Jean Maitron, Claude Pennetier, Alain Prigent, François Prigent.

Proposons qques pistes de lecture pr affiner la réflexion autour de ces notices du Maitron.

Sœur du Maitron, le Dictionnaire biographique des féministes depuis 1789 (dir. Christine Bard et Sylvie Chaperon) a contribué à développer les connaissances sur les milieux féministes, avec notamment une série de biographies ayant trait aux engagements en Bretagne.

 

Féministes et féminismes. « L’espace de la cause des femmes » a tant à voir avec les nébuleuses et pratiques militantes des années 68, moins méconnues depuis le développement d’une série de travaux conduits à l’échelle nationale (Michelle Zancarini-Fournel, Bibia Pavard, Laure Béréni…)

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/les-feminismes-44

ms désormais aussi à l’échelle locale. Citons, entre autres :

ceux de Fanny Gallot

https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-En_d__coudre-9782707182418.html

ou de Patricia Godard et Lydie Porée

de Blandine Lefierdebras

https://journals.openedition.org/genrehistoire/3235

ou encore

https://www.lycee-chateaubriand.fr/revue-atala/wp-content/uploads/sites/2/2008/10/atala11Prigent.pdf

 

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4049

Impossible de ne pas rappeler le rôle de catalyseur du Centre des archives du féminisme à Angers, dont les fonds sont de véritables appels à recherches…

https://www.archivesdufeminisme.fr/les-activites/le-centre-des-archives-angers/

 

Pour mieux saisir la complexité des réseaux UFF, on peut se rapporter à la thèse de Sandra Fayolle

http://www.theses.fr/2005PA010317

 

Soulignons aussi l’apport du colloque de Lyon (dir. André Robert) sur les femmes dans l’action militante, syndicale et revendicative après 1945

 

http://www.sens-public.org/IMG/pdf/SensPublic_Femmes_dans_l_action_militante_Presentation_et_sommaire.pdf


François Prigent

Agrégé et docteur en histoire contemporaine. Chargé de cours Université Rennes 2, IEP de Rennes, ENSCR. Team Chatô. Secrétaire de l'AMB. "Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980", thèse, Université Rennes 2, 2011.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search