#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 261-265 (« Ecologie politique »)

Episode 261 (21 juillet 2020) : Jacques GAUTIER

« Les années 68 », une notion forgée par Michelle Zancarini-Fournel, marquent une recomposition du système partisan avec notamment, à gauche, l’émergence de nouvelles pratiques militantes et cultures politiques. C’est le cas de l’écologie politique, largement positionnée dans l’idée d’une rupture avec le capitalisme (par ex vision critique portée par Cornélius Castoriadis), comme évoquée ds cet excellent manuel de synthèse de Fabien Conord sur les gauches européennes. Partons à la recherche de ces sources de l’engagement « vert », un champ historiographique labouré en Bretagne par les travaux de Tudi Kernalegenn et Martin Siloret https://books.openedition.org/pur/44831 par ex, avec des trajectoires militantes qui trouvent leur place ds le Maitron. En effet, si le DBMOF, pensé par Jean Maitron et ses équipes se focalisait sur le mouvement ouvrier et ses organisations militantes, il a évolué à partir de la 4e série pr devenir le DBMOMS (Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier et du Mouvement Social), incorporant les nouvelles cultures politiques irriguant les luttes sociales au sens large (féminisme, écologie politique, militances culturelles…).  Une tendance qui ne peut que s’accentuer pr la 6e série sur la séquence (1968-1981).

Un long préambule, pr introduire les épisodes 261-265 du #1J1NoticeMaitronBZH

sur les sources de l’écologie politique en Bretagne (vues depuis le Maitron, car bien des bios attendent leurs auteurs !). Pr débuter, comme toujours, tout commence en Trégor…

Pharmacien, Jacques Gautier (1914-2004), militant du Mouvement républicain populaire (MRP) puis de l’Action travailliste (AT) en 1956, est conseiller municipal (1953-1977) puis adjoint (1977-1983) de Lannion. https://maitron.fr/spip.php?article50487 Militant associatif et humaniste, figure de la Ligue des droits de l’homme (LDH) et du noyau local de Témoignage chrétien, il évolue vers la gauche dans les années 1960. Lors des cantonales de 1964 (10.3 % au 1er tour), il se désiste en faveur de Pierre Jagoret, élu conseiller général. Mais ses demandes d’adhésion à la SFIO et au PSU sont refusées en raison de la prédominance des réflexes anticléricaux dans ces filières socialistes. Resté proche de Pierre Marzin, il rejoint le PS via le mvt Objectif 72 de Robert Buron et contribue au basculement de Lannion à gauche en 1977 à une voix de majorité. Adjoint aux affaires sociales, il s’éloigne du PS dans les années 1980 et rejoint les Verts en 1995.

#1J1NoticeMaitronBZH

  

Episode 262 (22 juillet 2020) : Gaby COHN-BENDIT

A côté du parcours de Dany Cohn-Bendit https://maitron.fr/spip.php?article20282 , qui n’est pas pr rien ds l’enracinement vu vote « Vert » en Bretagne (cf. les travaux sur l’implantation électorale des Verts menés par Tudi Kernalegenn, Martin Siloret ou Alexis Vrignon), il y a celui, à St Nazaire, de son frère Gaby Cohn-Bendit. Une notice de Sylvain Boulouque sur le fondateur du lycée expérimental de Saint-Nazaire, à lire ici https://maitron.fr/spip.php?article20283

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 263 (23 juillet 2020) : Pierre JARNO

 

Pierre Jarno (1913-2003) https://maitron.fr/spip.php?article88937 est incorporé en octobre 1934 au 137e RI de Quimper. Capitaine d’administration au service santé, prisonnier en juin 1940, ce sous-officier s’évade à 5 reprises. Résistant, il est déporté au camp de concentration de Rawa-Ruska, dont il s’enfuit le 5 juillet 1943, avant d’aller combattre sur la zone d’Auray-Erdeven.

Militaire, Pierre Jarno s’investit politiquement à Camors dans les années 60. Les socialistes, derrière le sabotier Noël Le Goff (résistant Libération-Nord) en conflit avec le PCF perdent la mairie dès 1945. Considéré comme proche du PCF, Pierre Jarno gagna la mairie de Camors en mars 1971, succédant à Mathurin Le Mer*, militant laïque encarté à la SFIO, maire entre 1956 et 1971.

Président fondateur de l’URBE (Union Régionale Bretonne de Environnement), il adhère au PS au début des années 70, mettant en avant sa fibre écologiste. Très actif au sein de la FDSER, dont il est le vice-président, il reste maire de Camors jusqu’en 1989.

Son premier adjoint Maurice Bernadou (gendarme, résistant, 1920-2007) ne parvient pas à conserver la mairie en 1989, reprise en 2001 par le PS avec Bernadette Desjardins.

Très enraciné ds sa commune de Camors, Pierre Jarno est président d’honneur en 1977 du club de foot de l’AL de Camors (refondée en 1957 après deux premières naissances en 1936 et 1946 à l’initiative de Noël Le Goff et surtout de René Dervout). Le 5 août 1998, c’est à son initiative que l’inauguration du terrain municipal se déroule avec un match entre le Stade Rennais et l’US Montagnarde.

 

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 264 (24 juillet 2020) : Jacques GALAUP

« Par sa plume, son action d’élu municipal, sa participation aux comités de soutien et de grèves, la vente de son journal sur le marché ou aux portes des usines, Jacques Galaup a marqué la gauche militante briochine pendant un demi-siècle ».

Ainsi s’achève la notice Maitron https://maitron.fr/spip.php?article23600 rédigée par Christian Bougeard sur Jacques Galaup (1927-2011), normalien/agrégé d’anglais, militant JEC, SNES puis SGEN, engagé en politique ds diverses structures NG-USG-PSU-Verts (adhésion en 1998) et CM (1959-1965, 1983-1989), adjoint (1965-1977) chargé des affaires culturelles (culture, beaux-arts, sport) de Saint-Brieuc entre 1959 et 1989.

Surtout, le parcours militant de Jacques Galaup permet de saisir la singularité de la configuration briochine sur la séquence années 1950-1970, ds un contexte de profondes mutations politiques nationales : des échelles, des réseaux…

Une notice à lire, ds laquelle sont évoqués, pêle-mêle le Plan Alter Breton, les élections de 1977, le slogan « Vivre et travailler au pays », Plogoff, la Guerre d’Algérie ou encore Roger Huon et Gilles Martinet.

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 265 (25 juillet 2020) : Paul TREGUER

Le PSU constitue une matrice ds la fabrique des réseaux militants de l’écologie politique (pr une approche régionale, on pourra lire avec profit les nombreux travaux sur la question, à commencer par ici https://books.openedition.org/pur/127470?lang=fr ). Laboratoire d’idées autant que passerelle/passoire militante, le PSU s’avère une configuration partisane très centrée sur des positions militantes en rupture (premier PSU des années 1950-60), des pratiques militantes contestataires (second PSU des années 1968) ms aussi des travaux militants accompagnés de travaux intellectuels (y compris ds le dernier PSU 1975-1990).

C’est le cas avec l’océanographe, Paul Tréguer, secrétaire fédéral du PSU du Finistère, qui se présente aux élections législatives sous l’étiquette du front autogestionnaire. Une trajectoire qui aura toute sa place ds la 6e série du Maitron. Pour saisir l’articulation entre ses engagements et ses travaux universitaires, on peut se saisir de cette page https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Tr%C3%A9guer .

#1J1NoticeMaitronBZH


François Prigent

Agrégé et docteur en histoire contemporaine. Chargé de cours Université Rennes 2, IEP de Rennes, ENSCR. Team Chatô. Secrétaire de l'AMB. "Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980", thèse, Université Rennes 2, 2011.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search