#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 256-260 (« Une fonction élective oubliée : conseillers d’arrondissement »)

Episode 256 (16 juillet 2020) : Thomas PARC

Fonction élective oubliée, le conseiller d’arrondissement dévoile un profil d’implantation politique, extrêmement fin, infra-cantonal. Focus sur les années 1930, marqueur temporel de l’émergence politique des forces se réclamant du mouvement ouvrier (socialiste et communiste).

Cultivateur puis cafetier, Thomas Parc (1869-1947), cultivateur puis cafetier, est maire SFIO de Ploujean (1929-1945) et conseiller d’arrondissement SFIO de Morlaix (1934-1940). https://maitron.fr/spip.php?article124852 Thomas Parc est le créateur du Théâtre populaire breton, aidé par Émile Cloarec, député de Morlaix. Il avait formé sa troupe avec des paysans de Ploujean, faisant interpréter, entre autres : Les 4 fils Aymon, Le Miracle de Sainte-Tréphémé. Il s’occupait de la mise en scène, de la formation des acteurs improvisés et de l’organisation des spectacles dans la région.  Sur cette thématique, on peut relire avec profit les travaux superbes de Patrick Gourlay. http://bcd.bzh/becedia/fr/la-representation-de-ploujean-en-1898-relance-le-theatre-populaire-breton

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 257 (17 juillet 2020) : Louis MANGARD

Direction Perros-Guirec aujourd’hui, qui on ne le sait pas toujours a eu, avant la droitisation de l’espace politique local en lien avec les mutations engagées par le tourisme balnéaire, un conseiller d’arrondissement SFIO en 1938 et un maire SFIO en 1945.

https://maitron.fr/spip.php?article50111

Né en 1901, Louis Mangard, employé du trésor, devient conseiller d’arrondissement SFIO du canton de Perros-Guirec en 1938. Secrétaire fédéral adjoint (1944-1945), il doit se résoudre le 4 juin 1944 à détruire l’essentiel des archives fédérales des Côtes-du-Nord par crainte d’une perquisition. Plusieurs lettres, conservées à l’OURS, témoignent de son rôle ds la reconstruction du socialisme départemental en 1944-1945.

Militant socialiste de Gironde à partir de septembre 1945 (candidat aux municipales à Bordeaux en 1953), ce dirigeant fédéral (1949-1954) milite au PSU en Gironde et dans les Côtes-du-Nord dans les années 1960.

 

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 258 (18 juillet 2020) : Maurice DANIEL

Ds la famille de Maurice Daniel, résistant et socialiste fusillé en 1942  https://maitron.fr/spip.php?article21400 , il a d’abord Emile Eudes https://maitron.fr/spip.php?article58730 et Adrien Farjat https://maitron.fr/spip.php?article86729 , figurent ds les premières séries du Maitron ds les corpus blanquistes/communards/guesdistes.

Ingénieur de la ville de Nantes, Maurice Daniel remplace Alexandre Fourny (élu conseiller général de Nantes 4 en novembre 1937) en tant que conseiller d’arrondissement SFIO. Archiviste fédéral en 1938, il est fusillé par les Nazis au Mont-Valérien le 27 novembre 1942. Sa femme, Gabrielle Farjat est employée de bureau à la mairie de Nantes en 1942.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/lhommage-maurice-daniel-fusille-il-y-70-ans-977015

https://nantes.maville.com/actu/actudet_–Maurice-Daniel-mon-premier-chef-dans-la-Resistance-_-523231_actu.Htm

 

Son fils, Jean Daniel (1922), dessinateur aux chantiers navals puis à la mairie de Nantes, est trésorier départemental des clubs Léo Lagrange (organisateur notamment d’un rallye auto annuel), responsable SFIO-PS (courant Mauroy) et syndicaliste FO. Sa femme Jeanne Daniel est CM puis adjointe à St Sébastien-sur-Loire (en charge du jumelage avec Glinde, en Allemagne), tout comme son beau-frère Pierre Roulleau, tandis que son fils est CM de Nantes en 1995

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 259 (19 juillet 2020) : Pierre ROGEL

Ouvrier à l’Arsenal, Pierre Rogel (1883-1966) est conseiller municipal SFIO (1909-1919) puis maire SFIO (1919-1941 et 1944-1945) de Lanester et conseiller d’arrondissement SFIO (1929-1940) de Pont-Scorff. Une nouvelle mouture de la notice de ce militant du mouvement ouvrier, socialiste et laïque de la région lorientaise, à retrouver bientôt ici.  https://maitron.fr/?article129368

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 260 (20 juillet 2020) : François CHARLES

Menacé de fermeture, le petit collège rural François-Charles de Plougasnou près de Morlaix, en sursis, suscite des mobilisations fortes des élèves, parents et élus locaux. Ms au fait, qui était François Charles https://maitron.fr/spip.php?article19470 ?

Une nouvelle version de la notice, en qques tweets.

 

Né le 11 décembre 1884 et mort le 29 février 1972 à Plougasnou (Finistère) ; cultivateur ; conseiller municipal (1925-1929) puis 1er adjoint (1929-1935) puis conseiller municipal (1935-1941) puis maire socialiste (1944-1971) de Plougasnou ; conseiller d’arrondissement SFIO (1937) ; militant SFIO puis PSU puis PS.

 

Fils de petits paysans, ce cultivateur adhéra à la SFIO dans les années 20. Conseiller municipal dès 1925, il devint premier adjoint du maire laïque de Plougasnou, près de Morlaix.

En 1937, il fut élu à 53 ans conseiller d’arrondissement à Lanmeur, prenant la suite du militant SFIO Guillaume Quérou*. Signe d’une progression forte du socialisme dans le Finistère, notamment grâce à l’investissement militant dans les filières laïques, cette élection permettait de renforcer le groupe de conseillers d’arrondissement socialistes, composé de Michel Hervé*, depuis 1925 à Brest 2, Pierre Cévaër*, depuis 1931 à Brest 3, Charles Le Bastard*, depuis 1932 à Pont-Labbé et Pierre Postollec* depuis 1937, à Carhaix.

Résistant dans le mouvement Libération-Nord dirigé par Tanguy Prigent*, François Charles devint maire SFIO de Plougasnou en 1944. Il fut facilement réélu en 1947, 1953 et 1959, dans le bastion socialiste du Trégor morlaisien. Au début des années 60, il suivit Tanguy Prigent dans la scission au PSU, en compagnie des autres maires socialistes du secteur (Armand Berthou*, Albert Larher*, Yves Moal*).

En 1971, il se retira de la vie politique locale, assurant une continuité socialiste avec Hervé Picart (professeur, maire entre 1983 et 2001). La rue de la mairie de Plougasnou porte désormais le nom de François Charles, tout comme le collège public.

#1J1NoticeMaitronBZH

En prime deux dessins/caricatures Eugène Reeb sur Tanguy Prigent qui chapeautait ces réseaux socialistes du petit Trégor (Morlaisien) ds lesquels était inséré François Charles

#1J1NoticeMaitronBZH


François Prigent

Agrégé et docteur en histoire contemporaine. Chargé de cours Université Rennes 2, IEP de Rennes, ENSCR. Team Chatô. Secrétaire de l'AMB. "Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980", thèse, Université Rennes 2, 2011.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search