#1J1NoticeMaitronBZH, épisodes 236-240 (« Il va y avoir du sport !, n°4 »)

Episode 236 (26 juin 2020) : Gaston FRANCHETEAU

Il y a 3 mois, notre collègue, et future contributrice du Maitron à n’en pas douter, Sylvie Bossy-Guérin dépouillait Le Travailleur de l’Ouest et notait le nom de Gaston Francheteau avec sa rubrique Le Travailleur sportif. La notice Maitron comportait alors qques lignes.

Voici donc son nouveau portrait ds le Maitron (avec photo prise à Moscou). https://maitron.fr/spip.php?article114087 On y traite de la Gaule nazairienne, de l’Université populaire, de revues théâtrales et musicales, d’un voyage en URSS (et d’un regard entre sport rouge USSGT et sport soviétique). Retour sur un fils de paysan-ouvrier de Brière, devenu un cadre de la SFIO et de la CGT à Saint-Nazaire : Gaston Francheteau (1897-1960).

Ah si seulement je connais un type calé en histoire militaire pr éclairer cette drôle d’histoire avec sa fiche matricule…

#1J1NoticeMaitronBZH

 

 

Episode 237 (27 juin 2020) : Michel GENDROT

Un peu de basket, pour changer. Si l’essentiel de sa carrière militante syndicale, à FO, se fait en région parisienne, Michel Gendrot s’engage aussi à Saint-Malo, comme entraîneur-manager du club de basket et conseiller municipal d’opposition (PS puis PRG) à partir de 1995.

https://maitron.fr/spip.php?article148865

Actif à la JEC et ds le milieu sportif malouin durant sa jeunesse (de 12 à 18 ans), il figurait, en mars 2020, à 81 ans, en dernière position sur la liste conduite par Stéphane Perrin (dvg, 9.99 % au 1er tour).

#1J1NoticeMaitronBZH

 

Episode 238 (28 juin 2020) : Joseph DUBOIS

La FSGT a Brest, c’est une longue histoire. Forte et dense. Et avec la toute nouvelle notice de Joseph Dubois, https://maitron.fr/spip.php?article223440 , CM de Brest entre 1919 et 1935, on trouve trace de la 1ère action de la FSGT à Brest. Qd la JSOB, dont le pdt-fondateur est Joseph Dubois, affronte Villejuif… Au fait, je n’ai pas trouvé le score du match !

#1J1NoticeMaitronBZH

 

 

 

Episode 239 (29 juin 2020) : Georges CATROS

En avant première, les ppaux elts d’une nvelle notice qui va faire son entrée ds le Maitron : celle de Georges Catros. Membre de la CA de la FEN (1951-1959) et secrétaire départemental du SNEP jusqu’en 1960, Georges Catros (1921-2011), professeur d’EPS puis directeur départemental de la jeunesse et des sports, est maire PS d’Erquy (1989-1995). Scolarisé au lycée de Saint-Brieuc entre 1933 et 1941, il sert de modèle au sculpteur Francis Renaud pr la statue d’un éphèbe debout placée devant la colonne brisée en pierre de Chauvigny. Inaugurée le 11 juillet 1948, le monument rend hommage aux lycéens de Saint-Brieuc mort en raison de leurs activités militantes. Champion de France universitaire de foot,  licencié au Racing Club de Paris en amateur, il est également sélectionné dans l’équipe universitaire qui affronte Cambridge. Joueur puis entraîneur en 1953 et 1954 de l’US Erquy et du Stade Briochin, militant SFIO, Georges Catros était secrétaire départemental dans les années 1950 du SNPEP, devenu SNEP en 1956. Les professeurs d’éducation physique, répartis dans les 5 lycées (Saint-Brieuc, Guingamp, Dinan, Lamballe, Lannion) étaient une petite vingtaine dans le département.

En 1959, Georges Catros, quittant le département pour la Polynésie, est remplacé par Jacques Gardet*, militant communiste : le courant unitaire était majoritaire dès 1959 dans les Côtes-du-Nord au sein du SNEP, le basculement ne s’opérant qu’en 1969 au plan national. Affecté à Tahiti à la rentrée de septembre 1959 (1960 ?), en charge de l’organisation du sport scolaire, il s’attache à développer l’athlétisme en Polynésie. Dès 1963, il acheta une maison à Erquy (le Faré Tahiti), participant aux Jeux de l’amitié à Dakar en compagnie de quatre athlètes tahitiens. En 1966, après avoir participé aux jeux du Pacifique sud à Nouméa, il revient en Bretagne, occupant des fonctions à la Direction départementale de la jeunesse et des sports des Côtes-du-Nord. Promu inspecteur principal de l’académie de Rennes en 1975, il part en Côte d’Ivoire en 1977, où il était en charge de l’organisation d’une inspection générale académique, jusqu’à sa retraite en 1981.

En 1989, ce militant socialiste fut sollicité pour conduire la liste de gauche aux municipales à Erquy (relance de la section PS en 1974 avec Joseph Talbourdet 1921-1993).

Si Amédée Guégan* (SFIO) avait été maire entre 1941 et 1953, la commune avait été marquée par l’empreinte d’André Cornu (1953-1971), président du conseil général (46-47), parlementaire (32-36 et 48-71) et ministre (51-54), puis de Joseph Erhel* (PCF) entre 1971 et 1983. Il faut ici souligner la densité des réseaux laïques, notamment Robert Milon, les liens avec communautés ouvrières (carrières, mondes de la mer), ainsi que les rôles de militants socialistes comme le Dr Velly ou Emile Bougault.

#1J1NoticeMaitronBZH

Episode 240 (30 juin 2020) : Jean-Marie LE GUELLAUT

En Bretagne, l’encadrement des loisirs trahit souvent un clivage politique droite/gauche extrêmement dur et une topographie électorale fine. C’est le cas à Cléguérec avec le Foyer Laïque, impulsé par un percepteur, Solari, qui vient concurrencer à l’été 1936 le patronage catholique. La société propose des activités multiples : clique, théâtre, gym, athlé, basket et bien sûr du foot… Parmi les fondateurs du FLC, on retrouve un maréchal-ferrant, Jean-Marie Le Guellaut, conseiller municipal radical (1935-1945) puis maire SFIO (1945-1971) de Cléguérec

https://maitron.fr/spip.php?article24223

A la Libération, la SFIO catalyse une pluralité de réseaux militants (milieux laïques, associatifs, syndicaux) largement façonnés par l’irruption de la question sociale (paysannes) ds les années 1930 et qui ont maturé avec la Résistance.

#1J1NoticeMaitronBZH


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.